Nétanyahou dénonce le silence de l’ONU face aux menaces de l’Iran

A l’ONU, le PM israélien s’est dit prêt à reprendre immédiatement les négociations avec les Palestiniens
Benyamin Nétanyahou Benyamin Nétanyahou a fustigé jeudi l’Iran et dénoncé le silence de la communauté internationale face aux menaces visant Israël dans un discours, entrecoupé d’un silence de 45 secondes, devant l’ONU jeudi.
“70 ans après le meurtre de 6 millions de Juifs, les dirigeants iraniens promettent de détruire mon pays, de tuer mon peuple, et la réponse de cette assemblée, de presque tous les gouvernements représentés ici, a été inexistante. Silence total. Silence assourdissant”, a lancé M. Nétanyahou. Avant de se taire, visage fermé, pendant 45 secondes, un temps très long et marquant dans l’ambiance généralement feutrée de l’Assemblée générale.
“Voici mon message aux dirigeants de l’Iran: votre plan pour détruire Israël échouera. Et voici mon message aux pays de l’ONU: quelles que soient les résolutions que vous adoptez dans cette enceinte, Israël fera tout ce qu’il doit faire pour défendre son Etat et son peuple, Israel ne permettra à l’Iran de rejoindre le club des pays détenteurs de l’arme nucléaire”, a-t-il ensuite repris, sous les applaudissements de sa délégation.
Benyamin Nétanyahou n’a pas mâché ses mots à l’égard d’une communauté internationale “célébrant un mauvais accord” et “se ruant en Iran pour embrasser et faire du business avec un régime qui a promis notre destruction”.
Benyamin Nétanyahou a notamment stigmatisé l’obsession de l’ONU à critiquer Israël, appelant ses membres à rejoindre Israël dans “la lutte pour empêcher les islamistes d’arriver chez vous”.
“L’année dernière, 20 résolutions ont été adoptées contre Israël, et une seule contre le régime de Bachar Al-Assad”, a-t-il rappelé.

Lire l’article complet sur i24news.tv

Share This
485 8 Oct 1, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.