Après les frappes russes, une offensive au sol du Hezbollah et de l’Iran ?

Moscou poursuit ses raids et rejette les critiques occidentales quant à la nature des cibles.
Les frappes aériennes russes menées en Syrie depuis mercredi vont être prochainement suivies par une offensive au sol des forces progouvernementales syriennes et de leurs alliés iraniens et du Hezbollah dans le nord du pays, ont indiqué hier des sources libanaises à Reuters. « Il est possible que les prochaines opérations terrestres se concentrent sur les régions d’Idleb et de Hama », a précisé l’une de ces sources. Cette opération, précise-t-on, vise à récupérer les territoires perdus récemment par les troupes pro-Assad en particulier au profit de l’Armée de la Conquête. Des centaines de soldats iraniens sont arrivés en Syrie il y a dix jours avec leurs armes pour se joindre à cette offensive. Les combattants du Hezbollah, qui participent à la guerre aux côtés des forces défendant le régime de Bachar el-Assad, se préparent eux aussi à cette grande opération terrestre, ajoute-t-on de même source.
Côté russe, l’aviation a poursuivi ses frappes hier pour la deuxième journée consécutive. Quatre avions militaires ont pris pour cible hier « des bases » de l’Armée de la Conquête, une coalition rebelle qui regroupe notamment le Front al-Nosra (la branche syrienne d’el-Qaëda), et des groupes islamistes comme Ahrar al-Cham. Selon une source sécuritaire syrienne, les frappes ont été menées « à Jisr al-Choughour et à Jabal al-Zawiya », dans la province d’Idleb (Nord-Ouest). L’armée russe a également procédé dans la journée d’hier à de nouvelles frappes aériennes sur cinq positions du groupe État islamique (EI) en Syrie, selon le porte-parole du ministère de la Défense cité par les agences russes. Selon le général Igor Konachenkov, les avions russes ont frappé des positions du groupe jihadiste dans la province de Hama (centre) et celle d’Idleb (Nord-Ouest), au cours de huit missions de vols. C’est en tout la troisième série de frappes aériennes annoncée par le ministère russe de la Défense. La toute première avait été menée mercredi. La seconde durant la nuit de mercredi à jeudi et avait détruit « un quartier général des groupes terroristes et un stock de munitions dans la zone d’Idleb », ainsi qu’un atelier de fabrication de voitures piégées au nord de Homs et un camp de combattants de Hama.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
605 3 Oct 2, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.