Albert Capino – Israël, bouc émissaire universel providentiel

” L’année prochaine, nous pourrions avoir un accord qui nous mènera à accueillir un nouveau membre des Nations unies : un Etat de Palestine indépendant, vivant en paix avec Israël ” déclarait Obama lors de son discours à l’Assemblée générale de l’ONU.

L’ONU, dont le Conseil des Droits de l’Homme a déclaré avoir des ” preuves claires ” qui devraient permettre de poursuivre l’Etat d’Israël pour avoir fait usage “de niveaux de violence totalement inutiles et incroyables” dans l’abordage de la ” flottille “, partie de Turquie, le 31 mai dernier.

Sans revenir en détails sur une affaire largement médiatisée, on aimerait savoir de quelles ” preuves ” il s’agit, sachant par ailleurs que le Conseil des Droits de l’Homme a choisi de faire sa propre enquête [1] parallèlement à celle diligentée par le Secrétaire général de l’ONU.

En lisant le rapport [2], on s’aperçoit qu’il est rédigé sur base de témoignages émanant exclusivement des passagers de la ” flottille ” et qu’il comporte un certain nombre d’incohérences :

Deux soldats israéliens capturés et blessés par les ” passagers ” du Mavi Marmara auraient notamment ” sauté du pont ” pour rejoindre leurs camarades en mer (page 29), alors que les vidéos montrent clairement qu’ils ont été jetés par-dessus bord.

Le rapport admet entre autres :

” qu’un nombre de passagers s’en est pris aux soldats en utilisant des manches, des barres de fer et des couteaux. Au moins deux soldats ont été poignardés. ” (page 27).

” qu’un nombre d’armes ont été prises aux soldats et ‘jetées à la mer’. L’une d’entre elles au moins, un pistolet 9mm, a été déchargée et cachée à bord par l’un des passagers ‘pour servir de preuve’ ” (page 27).

que ” bien que constituée dans un but humanitaire, l’objectif primaire de la flottille était politique ” (page 20).

Z’avez déjà été confrontés à un groupe d’excités – pardon de pacifistes – armés de couteaux et de barres de fer prêts à vous lyncher ? Les armées belge, néerlandaise, française, russe, américaine, anglaise s’y sont déjà frottées en Afghanistan, Congo, Côte d’Ivoire, Kosovo, Tchétchénie, Irak ; dans tous les cas, cela s’est soldé par des morts en masse parmi les civils, bombardés ou mitraillés indistinctement, sans qu’un quelconque Comité des Droits de l’Homme n’éprouve le besoin de réclamer la moindre enquête.

Mais bon, comme le déclare le fameux rapport à la page 38 : ” une force aussi entraînée que l’armée israélienne aurait dû être en mesure de contenir un groupe restreint de passagers armés de barres et de couteaux et sécuriser le navire sans perte de vies ou blessures graves parmi les passagers ou les soldats “.

Il existe un faisceau de coïncidences troublantes tendant à faire d’Israël un bouc émissaire universel décidément providentiel.

Le parti démocrate américain craint une véritable déroute pour Obama, arrivé à mi-mandat, lors des élections législatives en novembre prochain. Le président américain subit la pression de son parti et fait le forcing pour aboutir à des résultats. En ce qui concerne plus spécifiquement le Proche-orient, ses conseillers soutiennent la thèse selon laquelle il est plus facile d’obtenir des concessions de la part d’Israël que des Palestiniens, pour qui la politique de refus s’est révélée payante. Si Obama veut être reconnu comme l’artisan de la paix dans la région, c’est donc sur Israël que doivent s’exercer les pressions. Bill Clinton lui-même vient maladroitement à sa rescousse, avec sa sortie sur les ” Russes israéliens opposés aux concessions territoriales. ” Tout cela est du calcul politicien et nous éloigne des véritables objectifs de paix.

Calcul non moindre de la part des Saoudiens et des Emirats du Golfe, qui envisagent de dépenser 123 milliards de dollars pour l’achat d’armes aux Etats-Unis, en vue de contrer la menace iranienne.

Menace iranienne qui prospère librement, encouragée par des déclarations lénifiantes des promoteurs de sanctions, satisfaits à l’idée qu’il faudra ” s’habituer à un Iran nucléaire ” 1 à 0.

Tout ceci ponctué par les discours provocateurs d’un Ahmadinejad décidément très en verve pendant sa visite à New York et que les journalistes américains s’arrachent pour des interviews. Ah… l’enivrante odeur du soufre à l’approche de celui qui vomit tous les jours votre pays est décidément irrésistible !

La situation devient alors ” win-win ” comme aiment à l’appeler les consultants Américains : les Etats-Unis boostent leurs exportations, verrouillent l’armement de la région en éliminant la concurrence, font un pied-de-nez aux exaltés de Téhéran (l’odeur des petro-dollars l’emporte sur celle du soufre) et une grimace à Netanyahu qui les a ” déçus “.

Du coup, la Ligue arabe, encouragée par cette redistribution des forces, pèse de tout son poids pour qu’Israël – seule puissance nucléaire supposée au Moyen-orient – signe le traité de non-prolifération. 2 à 0.

La Russie ne se fie pas aux consultants mais ” ne croit pas que des armement livrés à la Syrie puissent tomber entre les mains du Hezbollah “. Elle a donc décidé de donner suite à la livraison de missiles de croisière S-300 à Damas. 3 à 0.

Après tout, s’il y a du tirage entre les Américains et les Israéliens, il y aura toujours de la place pour la vente de contre-mesures dans l’autre camp, sans parler des Migs et des Sukkhoïs à écouler. Y’a pas que les consultants qui savent générer du bénéfice…

Enfin l’Europe, ” nain diplomatique ” au Proche-orient, se fait taper sur les doigts.

Le Quai d’Orsay, qui se voudrait la locomotive de la politique moyen-orientale du vieux continent, se voit soudain rappelé à l’ordre par une bande de va-nu-pieds. Non seulement ils enlèvent cinq ressortissants français dans une zone réputée ” sécurisée “, mais encore ils ridiculisent une des armées la plus technologiquement dotée au monde en s’évanouissant dans la nature. Un satellite prévenu en valant deux, on croyait un état d’alerte déclenché, mais, profitant de l’élan, des pirates remettent ça cinq jours plus tard avec trois Français de plus enlevés à bord d’un navire croisant au large des côtes du Nigeria.

On veut récupérer les otages, oui, mais il ne manquerait plus qu’une enquête soit diligentée par le Comité des Droits de l’Homme ! On a déjà assez à faire avec les Roms. Alors le gouvernement français ne veut pas de vagues: il brandit la menace d’attentats au niveau écrevisse pour expliquer qu’on y va sur la pointe des pieds. Pour rassurer la population, on lui fait d’abord peur. Ensuite, pour assurer ses arrières, on négocie. Bon euh, mieux vaut faire profil bas et demander à ” l’émir ” quelles sont les revendications de la succursale d’Al-Qaïda pour le Maghreb. Si les moudjahiddines veulent quelques armes, dussent-elles finir en Algérie, au Liban, à Gaza voire en Afghanistan, on peut toujours s’entendre sur les modalités de financement. Les taux sont particulièrement attractifs en ce moment. Et puis, c’est bon pour la balance commerciale. 4 à 0.

La vie n’est malheureusement pas un match où nous pouvons nous contenter d’observer à distance et compter les points. Michel Germaneau, un Français de 78 ans exécuté en juillet dernier, nous le rappelle douloureusement.

Les menaces islamistes se concrétisent à présent par la prise d’otage de ‘Français innocents’ comme disait Raymond Barre en décrivant les victimes non-juives de l’attentat de la synagogue Copernic, il y a tout juste 30 ans.

C’est ainsi que des ” combattants ” de tout poil se voient requalifiés comme ” terroristes ” par les médias français, dès lors qu’ils s’en prennent à nos co-nationaux.

Une espèce de soupe amère servie au peuple, aux relents de vichyssoise.

Partout dans le monde, des enjeux locaux sont mis sur le dos de l’Etat juif, par le biais du boycott d’Israël. En Grande-
Bretagne, le boycott compense la culpabilité coloniale. En Afrique du Sud il s’agit de l’apartheid. En Allemagne, c’est l’Holocauste. Aux Etats-Unis, le Far West. Au Venezuela, c’est au nom du mouvement anti-impérialiste. En Egypte et en Iran, il tend à unir les gens derrière des régimes autoritaristes. Dans l’imaginaire de certains Irlandais, les Palestiniens symbolisent les Républicains et les Israéliens ont le rôle des Loyalistes. Les anti-impérialistes primaires utilisent le boycott d’Israël comme caisse de résonance, mais rien de tout cela n’a à voir quoi que ce soit avec la réalité au Moyen-Orient. [3]

La morale de l’histoire est qu’il n’y a pas de Morale. Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts [4]. Et il est vrai que les niveaux n’ont jamais été aussi bas.

A.C.

[1] Les membres du Conseil des Droits de l’Homme qui ont appuyé l’enquête parallèle sur l’abordage de la flottille par Israël sont :

Angola, Argentina, Bahrain, Bangladesh, Bolivia (Plurinational State of),

Bosnia and Herzegovina, Brazil, Chile, China, Cuba, Djibouti, Egypt, Gabon,

Ghana, India, Indonesia, Jordan, Kyrgyzstan, Mauritius, Mexico, Nicaragua,

Nigeria, Norway, Pakistan, Philippines, Qatar, Russian Federation, Saudia

Arabia, Senegal, Slovenia, South Africa, Uruguay;

 

Des pays majoritairement extrêmement respectueux des Droits de l’Homme… comme chacun le sait.

 

La France s’est abstenue.

 

[2] Le rapport complet de la Mission est téléchargeable sous le lien : https://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/docs/15session/A.HRC.15.21_en.pdf

 

[3] Julie Burchill, journaliste irlandaise.

 

[4] Davidex, mousquetaire du Net

Share This
674 0 Sep 24, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.