IUT de Saint-Denis: des menaces aux coups

Son directeur Samuel Mayol agressé en pleine rue
Samuel Mayol, le directeur de l’IUT de Saint-Denis, s’est fait agresser hier soir vers 22h30 en bas de chez lui, en promenant son chien. Il téléphonait à un ami lorsqu’un homme lui a sauté dessus avant de lui frapper violemment la tête contre le mur trois fois de suite. Son agresseur lui a ensuite lancé un gentil « On va te buter ! » et puis s’en est allé en courant.
Bilan : une semaine d’Incapacité Temporaire de Travail. Depuis qu’il a révélé de graves dysfonctionnements auxquels il a mis fin dans le département Techniques de Commercialisation de son IUT – le préjudice pour l’université se serait monté à 196 000 euros pour 4 831 heures de cours non effectuées si le pot aux roses n’avait pas été découvert – Monsieur Mayol a déjà dû déposer plus de trente plaintes en dix-huit mois. Avec le succès que l’on constate aujourd’hui.
Le conflit se complique d’une dimension communautaire. Depuis que Samuel Mayol a voulu interdire la vente non autorisée de sandwiches par « L’ouverture », une association étudiante étrangement proche du site « Bayt Ul Mahdi », des chiites imamites très moyennement progressistes qui ne rigolent pas dans leur présentation: « Nous sommes des hommes et des femmes musulmans attachés à l’Islam originel… » et récupérer les clefs de leur local pour qu’il bénéficie aussi aux autres associations étudiantes, les ennuis ont commencé. Par une alerte à la bombe le 3 Février 2014, jour où il devait récupérer les clefs du local.
Sans aucune protection physique, Mayol s’est fait abandonner par sa hiérarchie, ses camarades du PS, et ses « frères » du Grand Orient. Cerise sur le gâteau, le président de Paris 13, Jean-Loup Salzmann, n’a pratiquement pas réagi.

Lire l’article complet sur causeur.fr

Share This
504 1 Oct 12, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.