Comment Barack Obama se retrouve englué dans le bourbier afghan

Barack Obama aurait aimé laisser une image de président de la paix. Face à la détérioration sécuritaire en Afghanistan, il risque d’être contraint de maintenir davantage de troupes sur le terrain
Il aurait préféré ne jamais devoir faire ce choix. Elu sur la promesse de mettre fin à deux guerres, dont la plus longue jamais menée par les Etats-Unis, celle d’Afghanistan, Barack Obama va sans doute prolonger la présence de troupes américaines sur sol afghan. Or après l’Irak à la fin 2011, le président démocrate aurait aimé tirer un trait définitif sous l’opération afghane qui dure depuis quatorze ans. L’instabilité croissante du pays suscite de vives inquiétudes à Washington, qui a encore à l’esprit l’expansion du groupe djihadiste de Daech en Irak peu après le retrait américain.
La dramatique bavure de l’hôpital de Kunduz géré par Médecins sans frontières, bombardé par erreur au début octobre par des avions de l’US Air Force n’a rien arrangé. Cette tragédie pour laquelle Barack Obama a présenté ses excuses, a eu lieu peu après que les talibans eurent repris par surprise le contrôle de cette ville du nord-est pour la première fois depuis 2001. L’épisode n’a fait qu’accentuer le sentiment d’urgence de maintenir des forces sur place pour soutenir les forces afghanes.

Lire l’article complet sur Le Temps (Suisse)

Share This
383 2 Oct 14, 2015

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.