Hôpitaux bombardés en Syrie : une “violation du droit international” selon l’ONU

Au moins cinquante civils, dont plusieurs enfants, ont péri hier dans les bombardements de cinq établissements hospitaliers et deux écoles à Alep et Idlib, dans le nord de la Syrie. Difficile de déterminer l’origine de ces frappes. Les Occidentaux accusent le régime de Damas et ses alliés, tandis que l’ambassadeur de Syrie en Russie a, lui, rejeté la responsabilité sur les Etats-Unis. Un hôpital soutenu par Médecins sans Frontières a notamment été visé.

Share This

1 comment

  1. berrebi

    Où sont passés les journalistes pour dénoncer les crimes contre l’humanité.
    Je suis vraiment pas étonné de leur silence.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.