Erol Özkoray – Turquie : de la contre-révolution à la tyrannie théocratique

Pour comprendre la schizophrénie politique qui sévit en Turquie et la nuit où les différents fascismes se sont affrontés.
Protagoniste de la contre-révolution en Turquie, le parti islamiste AKP, qui avait remporté les élections législatives de 2002, a terminé aujourd’hui ce processus au bout de quatorze ans au pouvoir : c’est une victoire décisive sur le régime républicain et laïc.
C’est le bilan définitif à la suite du coup d’État avorté du 15 juillet dernier de l’armée turque dont la qualification principale est celle d’être putschiste. L’ancien régime, déjà profondément malade depuis au moins une génération (république autoritaire, régime de coup d’État permanent, totalitarisme sournois, décomposition de la classe politique, corruption géante et gouvernance basée sur la violence et le mensonge), n’a pas pu résister aux assauts de l’islam en politique.
Il ne s’agirait pas de l’« islam politique », car cette invention française dans le but d’épargner sa minorité musulmane des méfaits du 11 septembre est totalement fausse. L’islam en tant que tel est un projet politique total qui régule la société dans son ensemble et son application en politique donne naturellement naissance à un État totalitaire. Après l’Iran, c’est ce qui est arrivée en Turquie. Bref, né en 1923 le régime kémaliste autoritaire, jacobin et laïc n’a vécu que 93 ans. Une vie assez longue quand même pour un pays qui n’a jamais connu une vraie démocratie.
Soulignons de passage que faire des élections régulières ne veut pas dire être une démocratie, certes elles sont nécessaires, mais ne garantissent nullement les libertés essentielles. C’est ce piège classique dans lequel tombe toujours l’Occident au sujet de la Turquie. Grosso modo, le système politique du pays a été une sorte de parlementarisme autoritaire sous l’œil vigilant de l’armée, avec la priorité donnée à l’État, face auquel le citoyen n’avait aucun droit, ni pouvoir. Dans la littérature politique cela s’appelle le fascisme. Pour voir la schizophrénie politique qui sévit dans ce pays (appeler « démocratie » un régime autoritaire ou bien faire un putsch pour sauver la « démocratie »), et pour bien comprendre ce qui est arrivé le soir du 15-16 juillet, la nuit où les différents fascismes se sont affrontés, il faut faire une analyse des fascismes turcs.

Lire l’article complet sur https://laregledujeu.org

Share This
463 3 Aug 27, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.