Alexandre Del Valle – Le Qatar du soft power et de l’appui aux Frères musulmans au financement du djihadisme


Après l’Arabie saoudite, le Koweït et le Maroc, l’auteur poursuit son feuilleton, “avec des amis comme ceux-là, pas besoin d’ennemis”, concernant les pays qui appuient ou encadrent l’expansion de l’islam chez nous mais persécutent les convertis au christianisme chez eux…
Depuis des décennies, le Qatar, à la fois allié au sein du Conseil de Coopération du Golfe et rival de Riyad dans la promotion du fanatisme islamiste, est devenu un pôle majeur de l’islamisme mondial, malgré sa petite taille mais grâce à ses énormes moyens financiers, à sa diplomatie offensive et à son soft power médiatique. Le Qatar, monarchie wahhabite comme l’Arabie saoudite, mais à l’image plus moderne, est dirigée depuis 150 ans par la dynastie des Al-Thana, forte de 3000 membres et tiraillée par d’âpres rivalités entre tendances “modernistes” pro-Occidentaux (concept relatif dans ce pays) et wahhabites ou pro-Frères musulmans. Peuplé de 2 millions d’habitants, dont seulement 200 000 Qataris (80% de la population est étrangère), le Qatar est un tout petit pays de 11400 km² mais dont la puissance sans commune mesure avec le territoire vient du fait qu’il est le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL) devant la Russie et l’Iran.
Par ailleurs, le Qatar héberge l’une des plus grandes bases militaires américaines dans la région depuis qu’un traité a été conclu avec les Etats-Unis en 1995.
Afin de préparer l’après-hydrocarbures, le pays des Al-Thani a investi dans une cinquantaine de pays dans les domaines suivants : finance, industrie, énergie, hôtellerie, produits de luxe, médias, mode, immobilier, etc. En Occident, le Qatar est profondément implanté, notamment à Paris, Barcelone et bien sûr Londres (il possède les magasins Harrods, le Hyde Park, le complexe résidentiel le plus cher de Londres, ou encore le Shard, l’immeuble le plus haut de la ville). En échange d’avantage fiscaux exceptionnels, le Qatar a particulièrement visé ces dernières années la France, notamment sous les présidences de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. Le processus s’est toutefois poursuivi sous François Hollande, bien que celui-ci ait un fort prisme pro-saoudien. Dans le cadre de cette stratégie de diversification économique vers l’étranger, l’outil principal a été le Qatar Investment Authority (QIA), le fond souverain officiel qatari. Celui-ci a investi dans l’hôtellerie de luxe. Le QIA, qui arrive en dixième position au niveau mondial, possède outre le Virgin et 35 000 mètres carrés sur les Champs-Élysées : 27% de la Société des casinos de Cannes (Barrière Croisette et Les Princes, hôtel Majestic et Gray d’Albion), 13% du groupe Lagardère, 8% d’EADS, 6% de Vinci, 5% de Veolia, 3% de Total, 2% de Vivendi, 1% de LVMH, sans parler du soft power que constitue l’achat du PSG ou le partenariat avec le club de foot de Barcelone (Barça). Sous la présidence de François Hollande, le phénomène trop souvent attribué au seul Nicolas Sarkozy s’est poursuivi : un Fond d’Investissement Commun a été créé en Juillet 2014 par la Caisse des dépôts et la Qatar Holding LLC afin de constituer un fonds de 300 millions d’euros destiné à investir principalement dans des PME françaises.
Alors qu’il a une main dans les affaires au sein de l’économie mondiale et des démocraties occidentales, ainsi qu’une image pacifique de pays dont la seule arme serait le soft power des médias et du foot (“religion de l’Occident” qui permet d’endormir les méfiances des “mécréants”), le Qatar a une autre main dans le djihad et la promotion du fanatisme islamiste tous azimuts. Il a notamment envoyé des avions entiers chargés d’armes à des mouvements islamistes djihadistes tant en Irak, en Somalie, à Gaza qu’en Syrie, au Soudan ou au Mali. En Libye, la coalition islamiste (Salafistes et Frères musulmans) appelée “Aube libyenne” (Fajr Libya), a été l’un des principaux bénéficiaires de cette aide. Les services occidentaux savent que le Qatar a livré des armêments en Syrie, au Mali ou en Libye, en violation des embargos sur les armes, notamment en direction de Misrata, près de Tripoli, non loin des bases de Fajr Libya et de la coalition des milices islamistes.

Lire l’article complet sur Atlantico.fr

Share This
399 2 Sep 9, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.