Karim Akouche – Prêcheurs de haine, je vous emmerde!

Réponse à mes détracteurs antisionistes
Après son voyage en Israël et à Ramallah, l’écriivain canadien d’origine algérienne Kaim Akouche a subi les foudres de la presse de son pays natal. Dans cette tribune, il répond aux prédicateurs de haine qui l’ont voué au bûcher.
Voulez-vous devenir une vedette dans la presse algérienne arabophone ? C’est facile.
Prêchez la haine des juifs, accusez les Amazighs (les Kabyles en particulier) de travailler pour le « Parti de la France », insultez l’Occident et traitez-le de dévergondé, méprisez les femmes et les homosexuels, soyez plus palestinien que les Palestiniens… et vous voilà célébré, auréolé, acclamé.
Je ne mange pas de cette soupe. Le monde, les hommes et les peuples sont complexes. Je me dois de refuser les simplifications et le recyclage des clichés. Je préfère les nuances, les contradictions et l’épineux chemin de la vérité.
Le rôle de l’écrivain, ce n’est pas d’apporter des solutions, mais de poser les bonnes questions.
Je suis allé en Israël et à Ramallah en poète et en homme libre. Personne ne m’a dicté ce que j’avais à dire ou à entendre. Je voulais comprendre, sans intermédiaire, ce qui se passe au Proche-Orient, en Syrie et dans les pays voisins.
Dois-je demander une autorisation aux autorités algériennes pour m’y rendre ? Dois-je consulter les vigiles de la pensée à ce sujet ?

Lire l’article complet sur https://www.causeur.fr

Share This
603 8 Sep 29, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.