Le gel, nouveau prétexte de l’AP ?

La question du « gel » de la construction juive en Judée-Samarie semble être soudain devenue le point central des négociations directes entre Israël et l’AP, relancées depuis quelques semaines sous la houlette des Etats-Unis. En effet, Mahmoud Abbas et ses acolytes menacent ces derniers temps, de façon plus ou moins déterminée, de tout arrêter si les travaux reprennent dans les localités juives. On oublie peut-être, dans ce contexte, que les Palestiniens avaient accueilli froidement, il y a dix mois, cette proposition de compromis que leur avait présentée le gouvernement Netanyahou, soumis à des pressions très fortes des Américains et de la communauté internationale. Bien plus, les Palestiniens l’avaient rejetée étant donné que le moratoire n’incluait pas les travaux dans ce qu’ils appellent « Jérusalem-est », c’est-à-dire la Vieille Ville. A l’époque, Netanyahou avait justifié ce « gel » lors d’une réunion de son cabinet de sécurité en considérant qu’il « présentait plus d’avantages que d’inconvénients », étant donné qu’il permettait au gouvernement israélien de « montrer au monde entier qu’il voulait relancer les négociations avec les Palestiniens, prendre des mesures concrètes et prouver que ses intentions de promouvoir la paix étaient sérieuses ». Toutefois, il avait ajouté que « sa décision n’avait pas été facile à prendre ». Dix mois après, on constate les résultats … A présent, quelques jours après l’échéance de ce « gel », Netanyahou semble faire preuve d’une certaine fermeté, même s’il se dit prêt à ralentir quelque peu les travaux de construction dans certains secteurs. Dans un communiqué qu’il vient de publier, le Premier ministre indique notamment que « pour atteindre cette paix historique entre les deux peuples, il faut s’asseoir autour de la table des négociations, en faisant preuve de sérieux et d’obstination, et ne plus la quitter ». Dans son nouveau message, Netanyahou rappelle que les Palestiniens ont accepté de reprendre le dialogue le mois dernier « sans conditions préalables », alors que son gouvernement venait d’accepter toute une série de « gestes unilatéraux » en vue de relancer ces discussions. Le Premier ministre israélien a tenu en outre à souligner que « pendant 17 ans, les Palestiniens ont tenu des pourparlers directs avec les gouvernements israéliens successifs alors que la construction se poursuivait en Judée-Samarie, y compris l’an dernier, sous le mandat du gouvernement précédent ». Et de conclure: « J’espère qu’ils poursuivront les discussions afin qu’on puisse parvenir à un accord-cadre d’ici un an ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This
246 0 Oct 3, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.