Texte complet de la résolution de l’UNESCO sur Jérusalem

Le texte se réfère à Israël comme la « puissance occupante » et ne donne que les noms arabes des lieux saints
 
COMMISSION DU PROGRAMME ET DES RELATIONS EXTÉRIEURES (PX)
Point 25 PALESTINE OCCUPÉE
 
PROJET DE DÉCISION présenté par l’ALGÉRIE, l’ÉGYPTE, le LIBAN, le MAROC, OMAN, le QATAR et le SOUDAN
 
I.A Jérusalem
 
Le Conseil exécutif,
 
1. Ayant examiné le document 200 EX/25,
 
2. Rappelant les dispositions des quatre Conventions de Genève (1949) et de leurs Protocoles additionnels (1977), du Règlement de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre (1907), de la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (1954) et des Protocoles y relatifs, de la Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels (1970) et de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972), l’inscription de la Vieille Ville de Jérusalem et ses remparts sur la Liste du patrimoine mondial (1981) et sur la Liste du patrimoine mondial en péril (1982), à la demande de la Jordanie, les recommandations, résolutions et décisions de l’UNESCO sur la protection du patrimoine culturel ainsi que les résolutions et décisions de l’UNESCO concernant Jérusalem, et rappelant également les précédentes décisions de l’UNESCO relatives à la reconstruction et au développement de Gaza ainsi que les décisions de l’UNESCO concernant les deux sites palestiniens à Al-Khalil/Hébron et à Bethléem,
 
3. Affirmant l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes, et affirmant également que rien dans la présente décision, qui vise, entre autres, à sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est, n’affectera en aucune manière les résolutions et décisions pertinentes du Conseil de sécurité et des Nations Unies concernant le statut juridique de l’autorité palestinienne et de Jérusalem,
 
4. Regrette profondément le refus d’Israël de mettre en œuvre les précédentes décisions de l’UNESCO concernant Jérusalem, en particulier la décision 185 EX/14, note que la demande qu’il a adressée à la Directrice générale concernant la nomination, dès que possible, d’un représentant permanent qui serait affecté à Jérusalem-Est pour rendre compte périodiquement de tous les aspects relevant des domaines de compétence de l’UNESCO à Jérusalem-Est est restée sans effet, et demande de nouveau à la Directrice générale de nommer le représentant susmentionné ;
 
5. Déplore vivement le fait qu’Israël, la Puissance occupante, n’ait pas cessé les fouilles et travaux menés constamment dans Jérusalem-Est, en particulier à l’intérieur et aux alentours de la Vieille Ville, et demande de nouveau à Israël, la Puissance occupante, d’interdire tous ces travaux, conformément aux obligations qui lui incombent en vertu des dispositions des conventions, résolutions et décisions pertinentes de l’UNESCO ;
 
6. Remercie la Directrice générale des efforts qu’elle déploie pour la mise en œuvre des précédentes décisions de l’UNESCO concernant Jérusalem, et la prie de maintenir et de dynamiser ces efforts ;

Lire l’article complet sur The Times of Israël

Share This
760 7 Oct 14, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.