Crash d’un avion à Malte : la DGSE perd cinq hommes

L’équipage de l’avion loué par la Défense française qui s’est écrasé à Malte était composé, selon nos sources, de membres actuels et anciens de la DGSE.
Une enquête a été ouverte sur le crash, lundi matin à Malte, d’un avion de reconnaissance appartenant à la société CEA Aviation et loué à la Défense française. Les causes de l’accident, qui a été filmé, paraissent à première vue techniques, dès lors que l’avion est parti en vrille en bout de piste sans flamme ni explosion apparente. Pour autant, des sources militaires françaises indiquent que le contexte opérationnel incite à la circonspection, dès lors que l’appareil décollait pour une mission au-dessus de la Libye.
Selon nos informations, les cinq victimes travaillaient toutes pour la DGSE. Les deux pilotes seraient, selon nos sources, de jeunes retraités du Groupe aérien mixte 56 (GAM 56), basé à Évreux. Le GAM 56 est l’unité aérienne de la DGSE, appartenant au service Action. Il est courant dans ces activités de renseignement « privé » que des membres du personnel soient recrutés au sein même des services spéciaux. Ils ont de ce fait toute la confiance de l’État français pour la conduite de missions secrètes, tout en étant salariés par une compagnie privée, étrangère de surcroît. Les trois techniciens installés à l’arrière de l’avion appartenaient directement à la DGSE selon nos informations et travaillaient au profit de la direction technique. Il est de ce fait possible, sous réserve de confirmation, que la DGSE ait perdu huit hommes en un peu plus de trois mois, après le décès de trois de ses personnels en Libye, en juillet dernier.

Lire l’article complet sur Le Point

Share This
592 4 Oct 24, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.