Roger-Pol Droit – Quand l’Unesco s’autodétruit

Ce n’est pas un incident. Ce serait même une grave erreur de banaliser cette histoire. Les résolutions que l’Unesco vient d’adopter à propos de Jérusalem suscitent à juste titre un scandale international, et le Premier ministre italien, Matteo Renzi, comme beaucoup d’autres, s’honore de les juger inacceptables. En effet, dans ces textes, le lieu historique du Temple de Jérusalem est dorénavant désigné par son seul nom arabe (Al Buraq), comme si le judaïsme et son histoire n’avaient jamais existé. Ces résolutions défendent exclusivement le point de vue musulman et palestinien sur le Mont du Temple et sur cette partie de la Ville sainte, sans souci ni des juifs ni des chrétiens. Leur adoption est donc choquante, aussi bien d’un point de vue religieux et culturel qu’historique.
Elle se révèle de surcroît monstrueuse d’un point de vue philosophique. Il faut expliquer pourquoi. En rappelant d’abord que l’Unesco fut une institution particulièrement philosophique, dans ses principes et ses textes fondateurs. Elle fut créée à partir d’une idée précise de la raison et du savoir : la compréhension mutuelle garantit la paix, les guerres proviennent du mépris et de l’ignorance réciproques. Son Acte constitutif, adopté à Londres le 16 novembre 1945, stipule que « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ». Le texte – inspiré par l’Américain Archibald MacLeish (1892-1982), bibliothécaire, poète, prix Pulitzer – constitue, de fait, une des déclarations capitales du XXe siècle. Au coeur des ténèbres, il a marqué la résurgence d’une philosophie des Lumières. Surtout, il a promu cette idée régulatrice : les forces de l’esprit – sciences, éducation, culture – se doivent d’être des remparts contre la barbarie. C’est pourquoi il fut un temps, je m’en souviens, où je m’honorais d’avoir, au sein même de l’Unesco, publié de nombreux textes sur l’histoire de cette institution et sa portée.

Lire l’article complet sur Les Echos

Share This
697 7 Nov 4, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.