Les «affligeants» contestataires de la gauche Israëlienne

Lundi dernier, Isaac Herzog a franchi une ligne rouge morale dangereuse.
Parlant à la radio de l’armée, le président de l’opposition parlementaire d’Israël a fait allusion aux Juifs vivant en Judée et Samarie comme à un “virus”, enlevant au fond à des centaines de milliers de citoyens fidèles de leur dignité et de leur humanité.
Il tonna : « Regardez ce que ce virus a fait à l’Etat d’Israël », «Regardez combien il est dangereux c’est à notre démocratie que nous devons sacrifier des vies pour ce non-sens », a déclaré Herzog.
Ce fut un moment révélateur, l’une de ces occasions où une personne dérape, fait un commentaire sans surveillance et fournit un aperçu de ce qui se trouve dans les recoins intérieurs de son âme.
Seulement Herzog ne l’a pas marmonné dans sa barbe sur un tabouret de bar, une bière à la main, à la fin d’une longue journée de travail.
Il ouvrit la bouche et lança ses invectives sur les ondes sur l’un des programmes de radio les plus populaires du pays, entendu de Kiryat Shmona à Eilat et partout entre les deux villes.
Et tandis qu’il a ensuite essayé de revenir sur l’observation, il n’y a eu personne pour reprendre ses répugnantes remarques.
 
Par Michael Freund
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

Share This
449 2 Nov 17, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.