Prisonniers politiques, droits de l’homme… Trois choses que Ségolène Royal semble avoir oubliées sur Cuba

Représentant la France aux funérailles de l’ancien président cubain, la ministre de l’Environnement a défendu le bilan de Fidel Castro, estimant qu’il y avait “de la désinformation” à ce sujet.
Ségolène Royal a essuyé une vague de critiques, dimanche 4 décembre, après avoir défendu le bilan de Fidel Castro. “Il faut savoir regarder les choses positivement même si ça dérange”, a déclaré la ministre de l’Environnement devant des journalistes avant d’assister aux funérailles de l’ancien dirigeant cubain, mort à l’âge de 90 ans le 25 novembre.
Pas de prisonniers politiques ?
Ce que dit Royal. “Il y a toujours du positif et du négatif dans les histoires, mais certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l’homme alors qu’on sait qu’ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n’en a pas. Et bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose”, a déclaré la numéro 3 du gouvernement.
Un pays respectueux des droits de l’homme ?
Ce que dit Royal. “Je sais que ça dérange parce que justement voilà un pays insulaire qui protège son patrimoine, qui interdit les prédateurs, qui a réussi aussi à faire en sorte qu’il y ait une propreté, une sécurité vraiment remarquables, que l’on n’atteint pas dans beaucoup de pays qui donnent aujourd’hui des leçons de droits de l’homme.”


Lire l’article complet sur DIRECT. COP21 : suivez l’édition spéciale de France

Share This
611 9 Dec 4, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.