Ces milices étrangères qui reconquièrent la Syrie pour Bachar el-Assad

Hezbollah libanais, milices irakiennes, afghanes et pakistanaises dirigés par les Gardiens de la révolution iraniens en coordination avec l’aviation russe sont à l’origine du retournement militaire en Syrie. Et la présence de ces forces étrangères pourrait durer.
“Nous ne pouvons pas laisser notre ville, nos maisons, à des mercenaires.” Par ces mots, un dirigeant de la brigade Fastaqim de l’Armée syrienne libre (ASL) rejetait, dimanche, la proposition faite aux rebelles, par des négociateurs russes et américains, de quitter Alep.
Soumis à un déluge de feu et assiégés depuis plusieurs mois, les insurgés sont pourtant sur le point de capituler. En se retirant de la vieille ville d’Alep, ce mercredi, ils ont perdu les trois quarts des positions sous leur contrôle depuis 2012.
Les forces étrangères ont joué un rôle crucial dans le retournement de la situation militaire en Syrie, en dépit de la mise en avant de soldats syriens par le régime de Bachar el-Assad dans la bataille d’Alep. Sans ces milices, le régime n’aurait jamais pu reprendre autant de terrain. “Il y a deux ans, il parvenait à grand peine à garder le contrôle d’Alep-Ouest”, rappelle le chercheur Thomas Pierret, de l’université d’Edimbourg.

Lire l’article complet sur L’Express

Share This
380 6 Dec 7, 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.