Affaire Hariri : la Syrie jette de l’huile sur le feu

Damas a lancé des mandats d’arrêt contre des proches de l’ex-premier ministre.

Il ne se passe pas un jour au Liban sans une attaque frontale ou indirecte du Hezbollah, de la Syrie, ou de leurs alliés, contre le Tribunal international spécial chargé de juger l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri. Dernière pique en date : la justice syrienne a émis des mandats d’arrêt contre 33 personnalités, dont Detlev Mehlis, l’ancien chef de la commission d’enquête internationale sur l’attentat de 2005, dans le cadre d’une plainte déposée par l’ancien général libanais Jamil el-Sayyed qui soutient avoir été détenu arbitrairement pendant quatre ans à la suite de dénonciations calomnieuses.

Lire l’article complet sur Le Figaro

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.