Le rapport dette/PIB d’Israël est tombé à 60% à la fin 2016

La situation des finances publiques d’Israël s’améliore : avec quatre années d’avance, sa dette publique tombe à 60% de son PIB.
L’objectif financier était prévu pour 2020 mais il a été atteint dès la fin de 2016 : la dette publique d’Israël a frôlé les 60% en 2016, exactement 60,4%. À l’origine de ce résultat inattendu : la hausse des recettes fiscales qui est liée à la surchauffe sur le marché de l’immobilier, dans un environnement d’inflation et de taux d’intérêt particulièrement bas.
Israël n’est pas tenu de respecter les « critères de Maastricht » qui n’engagent que les pays membres de l’Union Européenne. En revanche, Israël peut s’enorgueillir d’avoir atteint la maitrise de sa dette publique comme l’impose un des critères établis lors du traité de Maastricht signé par les membres de l’UE en 1992, dans le cadre de la mise en place de l’Union économique et monétaire européenne.
Le critère de stabilité des finances publiques stipule que la dette publique (ensemble des emprunts contractés par l’État et l’ensemble des administrations publiques, dont les organismes de sécurité sociale) doit être inférieure à 60 % du PIB.
À la fin 2016, la dette publique d’Israël est passée à 60,4% du PIB. La baisse a été régulière et forte tout au long des six dernières années : en 2010, le rapport dette/PIB d’Israël était de 69,3%.

Lire l’article complet sur https://www.israelvalley.com

Share This
439 4 Jan 15, 2017

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.