La grande explication de Fillon devant la presse

Lors d’une conférence de presse lundi, François Fillon s’est expliqué pendant une heure sur les différentes affaires le visant depuis deux semaines. “Je n’ai jamais enfrint la loi”, a-t-il martelé avant d’assurer qu’il resterait candidat à la présidentielle. “Il n’y a pas de plan B. Le plan B, c’est le plan Bérézina”, a-t-il lâché.
“Je n’ai jamais enfreint la loi”
“Je comprends les interrogations et le besoin de clarifier les choses (…) Je vais le faire car je n’ai rien à cacher”, a déclaré François Fillon pour commencer sa conférence, en rappelant qu’il n’avait jamais eu de problème judiciaire “en 32 ans (…) d’éthique irréprochable”. “Je n’ai jamais enfreint la loi (…) Tous les faits évoqués sont légaux et transparents”, a-t-il martelé. Plus tard, il a réaffirmé qu’il ne ne serait “pas candidat à l’élection présidentielle” s’il était mis en examen.
Pénélope Fillon : ni emploi fictif ni salaire démesuré
“Oui, j’ai employé mon épouse comme collaboratrice. Elle a ensuite été la collaboratrice de mon suppléant, avant de redevenir ma collaboratrice”, a assumé le candidat de la drotie. “Elle a occupé ce poste pendant quinze ans, pour 3677 euros nets, un salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droit et de lettres”, d’après lui. .  On donne des sommes mais on oublie de préciser que la somme est en euros bruts, et cumulée sur des années”, a-t-il ajouté au sujet du million d’euros brut avancé par le Canard Enchaîné. “N’importe quel montant brut présenté de la sorte peut devenir spectaculaire. Et il n’y a que pour la famille Fillon qu’on se livre à ce genre d’exercice”, s’est-il défendu.
François Fillon a ensuite énuméré les tâches d’assistante parlementaire qu’il attribue à sa femme. Parmi les tâches qui lui étaient attribuées : le courrier, l’agenda, la préparation des interventions dans la Sarthe et la représentation de l’élu lors d’événements locaux. “Aujourd’hui, les experts décrètent ce que doit faire ou ne pas faire un élu parlementaire. Mais ce métier est fait d’un tas d’actions modestes, dans l’ombre, parfois seules, anodines pour certains, mais qui sont indispensables à la démocratie locale”, s’est-il aussitôt justifié.
Concernant le rôle de Pénélope auprès de Marc Joulaud, il explique aussi avoir voulu “garder un lien avec (sa) circonscription” via le rôle de collaboratrice de sa femme. L’absence de badge à l’Assemblée nationale et de boîte mail de sa femme ne prouve rien selon lui. Pas plus que la vidéo diffusée par Envoyée Spéciale -“une émission à charge” d’après lui – où sa femme affirmait ne jamais avoir été son assistante parlementaire. “On s’appuie sur une ancienne interview, sortie de son contexte, dans laquelle elle explique qu’elle n’a jamais été mon assistante. Oui, elle a été ma collaboratrice, pas mon assistante (…) On a retourné cette discrétion contre elle et contre moi. Sa façon de faire était digne”, a-t-il avancé. en dénonçant

Lire l’article complet sur leJDD.fr

Share This
387 9 Feb 6, 2017

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.