Les pays arabes dénoncent les ingérences étrangères [Iran] au Moyen-Orient

Pour le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, il est “regrettable” que “certaines puissances profitent de la situation (…) pour renforcer leur influence et étendre leur contrôle (…) dans les pays arabes, au plan politique, militaire ou sécuritaire”.
“Nous ne permettrons à aucune puissance d’intervenir dans nos affaires”, a-t-il affirmé. “Et toute tentative de domination confessionnelle ou territoriale (…) devra faire face une position arabe claire et ferme”.
M. Sissi n’a pas cité de nom de pays mais il faisait référence, selon des observateurs, à l’Iran chiite, allié du président syrien Bachar al-Assad et grand rival de l’Arabie saoudite, chef de file des puissances sunnites.
Malgré ce ton ferme, les experts n’attendent pas de décisions fortes à l’issue de ce 28e sommet ordinaire de la Ligue arabe, dont 15 sont représentés par leur président ou leur monarque.

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.