Abbas exige la fin de la colonisation pour négocier

Les dirigeants des pays membres de la Ligue arabe réunis à Syrte, en Libye, estiment que les négociations directes avec Israël n’ont mené à rien pour le moment. Ils laisseront toutefois au président palestinien Mahmoud Abbas les mains libres pour les poursuivre ou non.

Ce dernier a exposé à ses pairs arabes son refus de poursuivre ces négociations directes avec l’Etat juif, relancées il y a cinq semaines à Washington, si Israël ne gèle pas totalement ses activités de colonisation juive en Judée et Samarie.

Lire l’article complet sur romandie.com

Share This

2 comments

  1. HORCHANI Salah

    Avec Benyamin Netanyahou, la Colombe s’éloigne !

    Avec l’échiquier politique israélien d’aujourd’hui et les intentions déclarées du Gouvernement Benyamin Netanyahou, explicitées dans ses politiques actuelles et les trajectoires de ses principaux protagonistes, on a, malheureusement, tout à craindre pour la Paix dans la région et l’amélioration, à court terme, de la situation d’Apartheid dans laquelle vivent les palestiniens des deux cotés du Jourdain. Pour corroborer cette inquiétude, il suffit de rappeler la position du Likoud (Parti majoritaire dans ledit Gouvernement) quant à la création d’un Etat Palestinien. En effet, la plate-forme électorale du Likoud déclare explicitement :

    « Le gouvernement d’Israël rejette catégoriquement la création d’un État arabe palestinien à l’ouest du Jourdain. Les Palestiniens peuvent gérer leur vie librement, dans le cadre de l’autonomie, mais pas en tant qu’État indépendant et souverain. Ainsi, par exemple, en matière d’affaires étrangères, de sécurité, d’immigration et d’écologie, leur activité est limitée et doit être en conformité avec les impératifs de l’existence d’Israël, de sa sécurité et de ses besoins nationaux »(cf.http://www.knesset.gov.il./election…).

    HORCHANI Salah

  2. Akerman Michel Netanya

    Hussein, le précédent roi de Transjordanie, a déclaré en 1983 : La Jordanie EST la Palestine et la Palestine EST la Jordanie. Près de 80 % de sa population est palestinienne et, si arafat n’avait pas voulu entrainer une guerre civile en 1970 la situation serait surement différente pour les victimes de l’apartheid de l’autre coté du Jourdain. Qui a parqué les palestiniens venus de Judée ou Samarie en Jordanie, Liban, Egypte ou ailleurs sinon les pays frères qui se fichent pas mal de leur sort ?
    Combien de Juifs ont été expulsés des pays arabes et qui les a assisté comme le sont les habitants de Gaza, de Samarie et de Judée par l’UNRWA ?
    La mauvaise fois et/ou la méconnaissance totale de ce qui s’est passé ici est flagrante mais dans l’air du temps puisque les nations ont choisi d’avoir la paix chez elles (pas d’attentats) sur le dos d’Israël. Est-ce cela la justice : pas de reconnaissance d’un état Juif, pas de paix si un seul Juif reste dans le futur état palestinien, pas de paix sans retour aux frontières de 1947 ?
    Autant nous demander de nous suicider. Les pays arabes et musulmans ne sont pas assez grands pour accueillir leurs “frères” du Hamas et du Fatah ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.