Un décalage horaire qui accable Tariq Ramadan

D’après des informations de «Libération», le théologien serait arrivé à Lyon le 9 octobre 2009 en fin de matinée, ce qui met à mal son alibi face à l’une des accusations de viol dont il fait l’objet.
C’est un horaire d’avion capital. Et qui risque de mettre en difficulté le théologien suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols le 2 février. A quelle heure est-il vraiment arrivé à Lyon le 9 octobre 2009, date à laquelle aurait eu lieu le viol de «Christelle» ? En milieu de journée, et non pas en fin d’après-midi, selon des documents consultés par Libération et publiés, vendredi après-midi, par le site d’information le Muslim Post. Tariq Ramadan a pris un vol en provenance de Madrid sur la compagnie Iberia, dont l’arrivée était prévue à 11 h 15 (voir ci-dessous).
Contacté par Libération, l’avocat du théologien, Me Yassine Bouzrou, affirme qu’il n’y a «aucun élément à ce sujet dans le dossier d’instruction». Le vol en provenance de Madrid remet en cause l’emploi du temps fourni par le théologien pour sa défense. Celui-ci affirme n’être arrivé à l’aéroport de Lyon qu’en fin d’après-midi, à 18 h 35, en venant de Londres. Il se fonde pour cela sur une réservation d’avion. Ce timing brandi par le prédicateur fragilisait le témoignage de «Christelle», la deuxième femme à avoir porté plainte, fin octobre.

Lire l’article complet sur Libération

Share This
491 7 Feb 24, 2018

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.