Est-ce la fin du ‘blocus diplomatique’?

Certains diront qu’Israël a cédé aux pressions alors que d’autres affirmeront qu’il s’agit de faire éclater au grand jour une vérité difficile à accepter, à savoir que Gaza ne manque de rien: en tout cas, le gouvernement israélien, qui a décidé tout récemment d’alléger le blocus sur Gaza, a annoncé qu’il permettrait, dès cette semaine, la visite de diplomates étrangers dans la région.

C’est le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman qui a fait part de la nouvelle depuis Rome où il effectue une visite de quelques jours. Lors de son entretien avec son homologue italien Franco Frattini, Lieberman a en effet indiqué qu’Israël avait accédé à la demande de la communauté internationale et permettrait désormais à des dirigeants étrangers de se rendre dans la bande de Gaza.

Lieberman a invité Frattini à se joindre à la délégation qui doit visiter la région cette semaine, composée des ministres des Affaires étrangères de France, d’Allemagne, de Grande Bretagne et de Norvège. Il a expliqué que ces derniers pourront ainsi constater sur place qu’il n’y avait aucune crise humanitaire et voir l’abondance des marchandises introduites chaque jour dans la région.

Une constatation dont ils pourront ensuite faire part au monde entier, persuadé par les médias que les habitants de Gaza vivent dans des conditions déplorables et manquent de denrées de base. Les visiteurs devront tout de même se plier à certaines exigences: les autorités israéliennes ne leur permettront pas de s’entretenir avec les chefs locaux du Hamas et exigeront qu’ils suivent scrupuleusement les règles imposées sur place par le Quartette qui ne reconnait aucun droit à l’organisation terroriste.

Un haut responsable politique a précisé que si cette première expérience s’avérait concluante, d’autres groupes seraient autorisés à leur tour à se rendre dans la bande de Gaza, dans les mêmes conditions et avec les mêmes exigences. Ces mesures sont prises au moment où l’on marque en Israël un triste anniversaire: celui de l’enlèvement de Guilad Shalit, qui se trouve depuis quatre ans entre les mains du Hamas. A ce propos, le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a déclaré jeudi que son pays réclamait depuis un certain temps déjà la libération immédiate du soldat retenu en otage. « Il est vitale que le Hamas permette à la Croix Rouge de rendre visite à Shalit afin de s’assurer qu’il est en bonne santé », a-t-il précisé. Et d’ajouter: « Cette longue captivité, sans contact avec sa famille, est intolérable ».

Il a ensuite appelé le Hamas à « renoncer à la violence et à prendre des mesures concrètes et immédiates dans le sens du Quartette ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This
653 0 Jun 26, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.