Cumhuriyet : “Vous aurez honte devant l’Histoire”

Même s’il n’est que conditionnel, pour Akin Atalay ce retour à la liberté est un premier pas et ne pourrait être que très provisoire. Il sort de prison après 542 jours derrière les barreaux. Akin Atalay est le patron du quotidien Cumhuriyet, il vient d’être reconnu coupable d'”aide à une organisation terroriste”.
Comme lui, quatorze collaborateurs de ce grand journal de centre-gauche, proche du kémalisme, ont été condamnés par la justice en première instance, à l’issue d’un procès considéré comme un test pour la liberté de la presse en Turquie. Ils devraient rester libres en attendant la procédure d’appel.
“Ils nous ont pris en otage et voulait faire de Cumhuriyet une rançon”, a tonné Akin Atalay accueillis par des dizaines de ses proches. “Parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas acheter le journal, ils pensaient qu’ils pouvaient nous le prendre en échange d’otages. Mais ils ne peuvent pas ! Nos amis vont leur montrer comment on peut faire du journalisme…des centaines de journalistes, d’universitaires, d’étudiants, d’officiers, d’avocats sont en prison. Leur rendre leur liberté est une obligation que nous avons tous !”

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.