L’impasse se prolonge au Liban, le Hezbollah montre ses muscles

Le bras de fer entre la rue et le pouvoir se prolonge samedi au Liban, avec des risques de dérapage accrus par l’attitude menaçante du puissant Hezbollah pro-iranien qui a écarté à son tour la demande des manifestants d’un départ du régime.
Le principal axe routier reliant la capitale Beyrouth au reste du pays est toujours barré par de grandes bâches bleues sous lesquelles les plus déterminés ont passé la nuit. Un peu à l’écart, la police antiémeutes observe la scène en silence.
“Si tu aimes tes enfants et ton pays, tu dois être là et rester”, explique une femme d’une cinquantaine d’années. “Descendez, venez ici, venez voir comme le peuple souffre!”, hurle un jeune au micro d’une télévision, sous les vivats de la foule.
Des barrages moins importants, dont les tentes ont été brûlées vendredi par des militants du Hezbollah arrivés à moto, n’ont en revanche pas été réinstallés, ont constaté des journalistes de l’Agence France Presse.
Furieux des slogans hostiles à leur leader vénéré Hassan Nasrallah, conspué au même titre que l’ensemble de la classe politique accusée de corruption, des dizaines de membres du Hezbollah se sont aussi rués vendredi sur les manifestants rassemblés au coeur de Beyrouth.
Les heurts ont fait plusieurs blessés légers et obligé la police antiémeutes à s’interposer.
Des scènes similaires ont été signalées dans des villes du sud à majorité chiite, notamment à Nabatiyé et Tyr (Tsor) où des cris hostiles à Hassan Nasrallah sont entendus pour la première fois.

Lire l’article complet sur https://www.nicematin.com

Share This
288 1 Oct 27, 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.