Le Pape pardonne les Légionnaires du Christ

Le pape François a concédé une «indulgence plénière» (pardon des péchés) aux Légionnaires du Christ, un mouvement catholique conservateur éclaboussé jadis par des scandales de pédophilie, mais qui a entamé «un processus de purification», a indiqué aujourd’hui Radio Vatican. Le «pénitencier majeur» du Vatican, le cardinal italien Mauro Piacenza, a émis un décret en ce sens, en réponse à une requête du directeur général de la Légion du Christ (formée de prêtres et religieux) et de Regnum Christi (formé de laïcs), le père Eduardo Robles Gil.
«Après l’énorme scandale provoqué par le passé sulfureux» du fondateur pédophile et corrompu des Légionnaires, le prêtre mexicain Marcial Maciel, mort en 2008, «la Congrégation a entamé un processus de purification et de renouveau», au cours d’un chapitre général, début 2014, ayant institué de nouveaux statuts et règles, a précisé la radio.
 
pour rappel:
Légionnaire du Christ ou du diable?
Louis Cornellier 9 novembre 2015
Le prêtre mexicain Marcial Maciel Degollado a longtemps été en odeur de sainteté au Vatican. Fondateur et supérieur général de la congrégation des Légionnaires du Christ, présente au Mexique, en Espagne, en Italie, en Irlande et aux États-Unis, le père Maciel était le protégé du pape Jean-Paul II, qui le considérait comme un prêtre modèle. Dans L’affaire Maciel, Franca Giansoldati présente pourtant Maciel comme « l’homme le plus malfaisant que l’Église ait connu depuis des siècles ». Son histoire, abracadabrante et diabolique, était déjà en partie connue. La journaliste italienne l’expose en détail.
Tenu pour un parangon de vertu par les autorités de l’Église, adoubé par Jean-Paul II à de nombreuses reprises, le père Maciel a multiplié les agressions sexuelles sur de jeunes séminaristes, a abusé des stupéfiants pour stimuler ses perversions, a vécu dans un luxe ostentatoire tout en prêchant les vertus de la pauvreté, a pratiqué le plagiat et a emprunté de fausses identités pour se marier avec deux très jeunes femmes — l’une mexicaine, l’autre espagnole —, avec qui il a eu des enfants. En 2008, un de ses fils l’accusait lui aussi d’agression sexuelle.
Toute la vie du prêtre sent le soufre. Fils de deux ardents catholiques engagés dans la rébellion des années 1920 contre un État mexicain violemment anticlérical, Marcial Maciel a été expulsé de deux séminaires, pour des affaires sexuelles, avant d’être ordonné prêtre en 1944. Cette même année, un père l’accuse déjà d’agression sexuelle sur son jeune fils.

Lire l’article complet sur https://www.lefigaro.fr

Share This
319 9 Dec 22, 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.