A Idlib, les frappes turques permettent aux rebelles de contre-attaquer

Les forces d’Assad perdent du terrain alors que la Russie, protectrice du régime, reste en retrait depuis jeudi.
Comme un boomerang, l’attaque aérienne qui a causé la mort de trente-trois soldats turcs, jeudi 27 février, dans la province d’Idlib, se retourne contre le camp loyaliste. Non seulement les représailles d’Ankara ont infligé de très lourdes pertes, humaines et matérielles, à l’armée syrienne et à ses supplétifs, mais elles ont permis aux rebelles anti-Assad, qui avaient perdu beaucoup de terrain ces dernières semaines dans leur dernier réduit, de repartir à l’offensive. Cette contre-attaque bénéficie pour l’instant du feu vert implicite de la Russie, protectrice du régime Assad et arbitre du chaos syrien, dont l’aviation est restée en retrait depuis jeudi.
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, la pluie de missiles lâchés par les batteries d’artillerie et les drones turcs sur les positions progouvernementales ont fait plus d’une centaine de morts en trois jours. Parmi ces victimes figurent vingt et un miliciens chiites pro-iraniens, membres des brigades Zeinabiyoun et Fatemiyoun, composées respectivement de Pakistanais et d’Afghans. Ces hommes ont été enterrés dimanche, en Iran.

Lire l’article complet sur https://www.lemonde.fr

Share This
555 1 Mar 2, 2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.