En Israël, le grand effondrement de la gauche

Alors qu’il a joué un rôle central pendant des décennies dans les institutions du pays, le mouvement n’est plus en mesure de peser sur la vie politique.
La gauche israélienne est à l’agonie. Le parti travailliste, le HaAvoda, est crédité d’un très mauvais score. Le mouvement initié par David Ben Gourion, le fondateur de Israël, d’Yitzhak Rabin, le signataire des accords d’Oslo assassiné par un extrémiste en 1995, et de Shimon Peres est devenu l’ombre de lui-même. Ses couleurs, le rouge et le bleu, se sont ternies. Il n’est plus en mesure de peser sur la vie politique alors qu’il a joué un rôle central pendant des décennies dans les institutions du pays.
Le courant est en déclin constant. Les élections législatives d’avril 2019 ont été un échec cuisant pour l’alliance menée par les travaillistes qui a obtenu 4,4 % des voix, soit six députés au Parlement. La gauche pensait avoir atteint le plus mauvais score de son histoire, mais elle a bu le calice jusqu’à la lie en septembre, malgré une direction politique renouvelée, en ne décrochant que cinq sièges.

Lire l’article complet sur https://www.lefigaro.fr

Share This
298 6 Mar 4, 2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.