L’AP veut se plaindre à l’Onu

L’Autorité palestinienne a indiqué qu’elle envisageait de porter plainte contre Israël au Conseil de Sécurité de l’Onu pour dénoncer la reprise des travaux dans la partie orientale de Jérusalem. Les Palestiniens ont ainsi réagi aux dernières informations concernant la construction de 238 nouveaux logements dans deux quartiers de la ville, Ramot et Pisgat Zeev. Le responsable des négociations Saeb Arekat a même prétendu que « cela prouvait clairement que Netanyahou avait donné la préférence aux implantations, au détriment de la paix ». Pour l’AP, bien évidemment, ces quartiers de la capitale, se trouvant au-delà des frontières de 67, doivent être inclus « à l’intérieur du périmètre de l’Etat palestinien ». Selon le Jerusalem Post en anglais, l’AP, qui cherche visiblement à impliquer davantage l’Onu dans les négociations, pourrait chercher, dans ce contexte, à obtenir de l’Assemblée générale et du Conseil de Sécurité une reconnaissance de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967. Les dirigeants de l’AP ont fait part de leur projet à l’issue d’une réunion au sommet qui s’est tenue à Ramallah, au cours de laquelle ils ont débattu du « processus de paix » et de la « crise » suscitée par « le refus d’Israël de reconduire le « gel » en Judée-Samarie ». Pour le moment donc, les négociations entre Israël et l’AP semblent officiellement au point mort et la presse locale a annoncé samedi soir que la rencontre prévue entre Binyamin Netanyahou et Mahmoud Abbas ce jeudi à Paris avait été reportée au mois de novembre. Selon des sources diplomatiques étrangères, ce serait Netanyahou qui l’aurait ajournée mais dans l’entourage du Premier ministre, on précise que cette décision a été prise en accord avec le gouvernement français. En attendant, dans le monde, certains pays n’acceptent toujours pas qu’Israël puisse poursuivre la construction de logements dans sa capitale. C’est le cas notamment de la Russie: le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a écrit dans son site Internet que « les projets (immobiliers) d’Israël avaient été accueillis à Moscou avec beaucoup de déception et d’inquiétude ». Les Russes ne sont pas les seuls: un peu plus tôt, la France et les Etats-Unis ont publié un communiqué similaire.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.