Nouvelle plainte à l’Onu contre les «implantations»

Une fois de plus, l’Onu dénonce la construction israélienne en prétendant qu’elle est illégale. Ces nouvelles critiques à l’encontre d’Israël ont été émises ce lundi lors d’un débat sur le Proche-Orient qui s’est tenu dans le cadre d’une réunion du Conseil de Sécurité. Le secrétaire général adjoint des Nations unies, Oscar Fernandez-Taranco, a en effet protesté contre les nouveaux projets immobiliers des quartiers de Ramot et de Guivat Zeev, à Jérusalem, en prétendant qu’il s’agissait d’une infraction aux lois internationales. Mais il ne s’est pas arrêté là: il a en outre accusé les résidents des localités juives de Judée-Samarie d’être responsables des émeutes de Silwan et coupables d’attaques contre des habitants palestiniens. Il a également reproché au gouvernement israélien de ne pas intervenir assez efficacement pour faire régner l’ordre. L’observateur palestinien à l’Onu, Riyad Mansour, a pour sa part accusé Israël de faire preuve d’agression, de colonisation, et d’expropriation en poursuivant l’extension des implantations. Il a en outre appelé la communauté internationale à agir contre Israël et à exiger qu’il respecte les mêmes critères imposés aux autres Etats. Et d’ajouter: « Israël doit décider s’il veut la paix avec ses voisins ou s’il préfère être l’occupant qui ne respecte pas les droits de l’homme ». C’est dans ce contexte toujours aussi hostile que le nouvel ambassadeur d’Israël à l’Onu Méron Reuven a prononcé son premier discours devant le Conseil de sécurité. Il en a profité pour rappeler une fois de plus que les implantations n’avaient jamais été un obstacle à la paix, comme on en a eu la preuve notamment lors de la signature des traités avec l’Egypte et la Jordanie. Et de rappeler, pour ceux qui ont la mémoire courte, que « lorsqu’Israël a démantelé toutes les localités juives de la bande de Gaza (Goush Katif), il a obtenu en contrepartie des actes de terrorisme et des tirs de roquettes sur ses agglomérations ». Prêt à se montrer plus que conciliant, le diplomate a rappelé qu’Israël « avait déjà prouvé qu’il était disposé à prendre des mesures courageuses et des décisions difficiles pour la paix ». Il a souligné aussi qu’Israël « aidait au développement de l’économie palestinienne » et avait fait preuve de bonne volonté en levant des centaines de barrages routiers et des points de contrôle en Judée-Samarie, malgré les risques que cela entrainait d’un point de vue sécuritaire. Méron Reuven a conclu en déclarant que « si les Palestiniens voulaient qu’Israël reconnaisse l’existence d’un Etat pour le peuple palestinien, il fallait qu’ils admettent en échange qu’Israël est l’Etat du peuple juif ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.