Au Canada, le haut comité du CPL s’en prend à la ligne de conduite de Aoun

Le haut comité du Courant patriotique libre au Canada (opposé à la ligne de conduite du général Michel Aoun) et les responsables du site www.tayyarcanada.org ont célébré dimanche en l’église Saint-Maron de Montréal une messe pour commémorer le 13 octobre 1990 « et se souvenir des soldats et des civils tombés lors des massacres perpétrés ce jour-là par les troupes syriennes, et se souvenir aussi des détenus libanais dans les geôles syriennes ».

Étaient présents à la cérémonie religieuse des représentants de la révolution du Cèdre et de toutes les forces du 14 Mars à Montréal, notamment les Forces libanaises, le Courant du futur, les Kataëb, en sus du Parti socialiste progressiste. Des représentants de la Fédération du Canada, notamment au ministère de l’Émigration, ont aussi assisté à la messe, ce qui a donné une autre dimension, plus officielle, à l’événement.

Les organisateurs avaient placé dans le salon de l’église un panneau commémorant les événements du 13 octobre 1990, exposant des photos des massacres ainsi que les noms des officiers tués et portés disparus à la suite de l’attaque syrienne. Le panneau portait l’inscription : « Même si les nouveaux réformistes du CPL oublient, nous nous en souviendrons ». Des portraits des prisonniers libanais dans les geôles syriennes ont également été exposés.

Le haut comité du CPL au Canada a publié un communiqué pour l’occasion mettant l’accent sur l’alliance entre tous les partis souverainistes du mouvement du 14 Mars. Il a souligné qu’il « poursuivra sa lutte, commencée malheureusement sous la direction du général Aoun, pour parvenir aux buts fixés, notamment libérer les prisonniers libanais détenus dans les prisons syriennes, indemniser les familles des personnes tuées par les soldats syriens le 13 octobre 1990, et mettre un terme à l’armement des milices pro-iraniennes et prosyriennes au Liban ».

Le texte souligne également que le haut comité du CPL soutient le Tribunal spécial pour le Liban et appelle « les vieux compagnons de route (au sein du CPL), qui ont troqué les principes du patriotisme et de la liberté contre le culte aveugle de la personnalité, à se réveiller avant qu’il ne soit trop tard, car ils seront les premières victimes de leurs nouveaux alliés ».

Les membres du haut comité du CPL au Canada se sont aussi adressés au général Aoun en lui demandant ce « qu’auraient pensé de lui les officiers et les soldats exécutés de sang-froid le 13 octobre 1990 s’ils l’avaient vu, vingt ans plus tard, participer à l’accueil réservé à son nouvel allié le président iranien Mahmoud Ahmdinejad au lieu de commémorer le jour de leur exécution ».

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.