La Turquie suspend son accord d’hélicoptère avec l’Italie

13 avril 2021 | La Turquie a suspendu un contrat d’achat d’hélicoptères italiens en réponse à l’accusation de « dictateur » de Mario Draghi. Les autorités turques demandent des « excuses officielles » au gouvernement de Rome.
 
Le contexte du scandale est dû aux commentaires du Premier ministre italien Mario Draghi sur les relations de la Turquie avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de la visite des dirigeants européens à Ankara la semaine dernière.
 
Draghi a accusé le président turc M.Erdogan d’avoir humilié von der Leyen alors que lui-même et le président du Conseil de l’UE Charles Michel étaient assis sur deux fauteuils adjacents, tandis que la cheffe de la Commission a dû s’asseoir sur un canapé à une distance considérable.
 
« C’était un comportement que je n’ai pas apprécié. La présidente de la Commission européenne von der Leyen a dû subir une humiliation », a déclaré l’ancien chef de la Banque centrale européenne (BCE). « Avec ceux-ci, appelons-les par leur nom – « dictateurs », il est nécessaire de parler un langage clair et d’exprimer les différences d’idées sur la société », a déclaré Draghi.
 
A Ankara, les propos du Premier ministre italien ont déclenché les réactions habituelles. Le ministère des Affaires étrangères a immédiatement convoqué l’ambassadeur d’Italie et le ministre Mevlüt Çavusoglu a qualifié les propos de Draghi de « laids et déraisonnables ». Aujourd’hui, quelques jours à peine avant la signature prévue du contrat, l’accord d’achat d’hélicoptères à l’entrepreneur italien de la défense Leonardo, d’une valeur de près de 70 millions d’euros, a été annulé pour le moment. L’avion devait être mis à disposition principalement pour la formation des pilotes avec les forces armées turques, mais pas seulement. Erdogan avait espéré que l’achat ouvrirait de nouvelles opportunités dans la formation des pilotes et dans le spectre opérationnel de l’armée.
 
Les entreprises italiennes en Turquie sous pression
 
La Repubblica a également signalé que les entreprises italiennes basées en Turquie subissent également une pression croissante. Des gestes menaçants d’Ankara et des avertissements correspondants ont déjà été émis contre au moins trois entreprises. Parmi eux, Ansaldo Energia. L’entreprise basée à Gênes construit des centrales électriques clé en main et des turbines à gaz en Turquie.

La Turquie suspend son accord d’hélicoptère avec l’Italie

La Turquie suspend son accord d’hélicoptère avec l’Italie

Lire l’article complet sur https://rojinfo.com

Share This
489 1 Apr 13, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.