En Iran, les œuvres passées au marqueur rappellent que “la censure empire tous les jours”

Publié le 14 Avril 2021 18h52 | La publication sur Twitter 4 Avril de photos de pages d’un livre d’histoire de l’art de l’université de Téhéran dans squels des reproductions d’œuvres de Salvador Dali ont été en partie recouvertes au marqueur noir a suscité une vague de réactions en Iran. Plus de quarante ans après l’instauration de la République islamique s Iraniens ont l’habitude de la censure Mais ne la trouvent pas moins “choquante” dit notre à Observateur. | Les photos montrent des œuvres de Dali reproduites dans un livre disponible à la bibliothèque de l’université d’art de Téhéran.
Livres, films, morceaux de musique, peintures, photos : l’Iran contrôle toutes les productions artistiques sur son territoire. Tout artiste qui veut rendre son travail public doit bénéficier d’une autorisation officielle, délivrée par le ministère de la Culture de la guidance islamique, ce qui revient à imposer une censure. Mais les œuvres d’art anciennes sont aussi concernées : des œuvres de Dali, Picasso ou du poète du XIIIe siècle Saadi sont par exemple interdites de diffusion.

Lire l’article complet sur https://fr.news.yahoo.com

Share This
168 4 Apr 14, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.