Une femme kurde autrefois kidnappée: «Les islamistes d’Ankara se droguaient et nous traitaient comme des stars du porno»

6 Mai 2021 à 17h09 | SYRIE / ROJAVA – Une de nombreuses femmes kurdes réduites en esclavage sexuel par les gangs de la Turquie à Afrin après l’invasion du canton en 2018, a déclaré que les hommes armés les ont transformées en une simple marchandise entre leurs mains, et des actrices de films pornographiques, alors qu’ils consommaient du haschich et de la drogue.
 
De nombreuses histoires de violence sexuelle et de torture ont été divulguées derrière les murs des prisons des milices soutenues par la Turquie, et avec elles des détails sur des tortures horribles sous leurs pires formes, pratiquées par des membres de l ‘«armée nationale syrienne» des Frères musulmans contre les femmes et fillettes kurdes enlevées dans la région d’Afrin occupée au nord de la Syrie.
 
Elle a ajouté : «Ils prenaient des pilules que nous ne reconnaissions pas, et ils mettaient une poudre blanche sur la table et l’inhalaient par le nez.»
 
En ce qui concerne le traitement mauvais et honteux, l’ancien kidnappé dit: «Ils avaient l’habitude de nous dire: « Vous êtes nos captives (Sabaya), et nous pouvons faire ce que nous voulons avec vous ». Les officiers turcs n’étaient pas seulement au courant de tout ce qui se passait, mais aussi ils ont ouvert la voie à cela. »
 
L’ancienne captive kurde, Nadia Suleiman a partagé avec audace de nombreux détails sur le comportement des mercenaires islamistes de la Turquie. Elle a passé plus de deux ans en détention, passant d’une prison à une autre. Elle a parlé d’histoires de viols et de violences sexuelles, et qu’ils l’ont forcée à se déshabiller à plusieurs reprises pendant l’interrogatoire.
 
Nadia confirme que les femmes kidnappées ont été violées, disant: «Chacune des femmes détenues avec elle a été soumise à de multiples formes de torture, de harcèlement, de viol et d’insultes.» Elle a déclaré qu’elle avait été violée à plusieurs reprises à l’intérieur de la prison secrète dans laquelle elle était détenue dans le quartier d’al-Mahmoudiya dans la ville d’Afrin, et qu’elle et d’autres avaient été torturées de diverses manières devant et avec la participation de soldats et de membres de l’intelligence turque.

Lire l’article complet sur https://kurdistan-au-feminin.fr

Share This
155 3 May 10, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.