La « clarification despotique » du régime iranien

13 Juin 2021 | Le temps où la République islamique d’Iran, sans être un régime libéral, tant s’en faut, permettait de tenir des élections globalement libres est révolu. Le régime actuel a désormais trouvé son camp, auprès de la Russie et de la Chine, celui d’un régime despotique où les modérés n’ont plus leur place, explique Dominique Moisi.
 
Publié le 13 juin 2021 à 11:4Les Iraniens se rendront aux urnes le 18 juin prochain pour choisir leur nouveau président. Cette élection n’est pas encore l’équivalent d’un processus électoral à la russe, ou à la biélorusse, mais elle s’en rapproche dangereusement. Les autorités iraniennes ont interdit aux deux candidats réformistes les plus crédibles de se présenter et les résultats semblent connus d’avance. Un candidat « dur » l’emportera : probablement le chef de l’Autorité judiciaire, Ebrahim Raïssi – l’homme qui fût défait par le président Hassan Rohani aux dernières élections de 2017. Après deux mandats, l’actuel président ne pouvait plus se représenter.
 
Au-delà du résultat, on peut prévoir que le taux de participation sera particulièrement faible. « On nous demande de choisir entre de mauvais candidats et d’autres qui sont pires. Et de toute façon ce n’est pas le président qui a les manettes. Pourquoi irais-je voter ? Cette fois-ci, je ferais comme la majorité des gens, je m’abstiendrai », confiait récemment un citoyen Iranien au « Financial Times ». Un sentiment qui exprime la frustration de très nombreux iraniens.

Lire l’article complet sur https://www.lesechos.fr

Share This
184 4 Jun 13, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.