La Chine accusée de prélever de force des organes sur des prisonniers issus de minorités

14 Juin 2021 à 17h49 | En Chine, des prisonniers issus de minorités ethniques, linguistiques et religieuses se verraient prélever des organes sans leur consentement, selon des experts de l’ONU. La Chine a toujours nié ces accusations.
 
Des experts de l’ONU ont indiqué ce lundi 14 juin avoir reçu des « informations crédibles » selon lesquelles des prisonniers issus de minorités ethniques, linguistiques et religieuses sont soumis à des prélèvements forcés d’organes en Chine.
 
La Chine est régulièrement accusée par des membres de la secte Falun Gong, interdite dans le pays asiatique, de se livrer à des prélèvements d’organes forcés sur ses adeptes emprisonnés. Pékin a toujours fermêment nié ces accusations.
 
Dans un communiqué, les Rapporteurs spéciaux ainsi que les experts du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire indiquent que les prélèvements visent aussi Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, détenus en Chine.

Lire l’article complet sur https://www.ouest-france.fr

Share This
193 0 Jun 15, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.