Présidentielle en Iran : « La préoccupation majeure du régime, c’est la survie du système »

17 Juin 2021 à 18h22 | L’ultraconservateur Ebrahim Raïssi est pressenti pour succéder à Hassan Rohani à l’issue du scrutin de ce vendredi. Le régime tente d’assurer sa survie, dans un contexte géopolitique délicat et une situation économique et sociale calamiteuse. Décryptage avec le chercheur Clément Therme.
 
La fin d’un cycle. C’est ce que devrait marquer le scrutin présidentiel qui se déroule ce vendredi 18 juin en Iran. En place depuis 2013, le réformiste Hassan Rohani va quitter le pouvoir. Le résultat semble couru d’avance. Le Conseil des gardiens de la Constitution n’a sélectionné que des candidatures propices à l’élection d’un conservateur religieux. Occupant hiérarchiquement une place secondaire derrière le Guide suprême et les Gardiens de la Révolution, le futur président devra verrouiller la ligne dure du régime, analyse Clément Therme, chercheur associé à l’Institut universitaire européen de Florence, auteur de « l’Iran et ses rivaux. Entre nation et révolution » (Passés composés, 2020). Ebrahim Raïssi fait figure de grand favori du scrutin de vendredi. Il l’est aussi pour remplacer à terme l’actuel Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, vieillissant. La République islamique renforce son noyau politico-religieux tout en recherchant discrètement la main tendue de la Chine pour t

Lire l’article complet sur https://www.nouvelobs.com

Share This
163 2 Jun 18, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.