Election présidentielle : “En Iran, la façade démocratique a complètement disparu”

17 Juin 2021 à 17h50 | Négociations nucléaires, présidentielle, otage français… Alors que les Iraniens s’apprêtent à voter le 18 juin, L’Express décrypte l’avenir du régime islamique avec le politologue irano-suisse Mohammed Reza-Djalili.
 
Mohammed Reza-Djalili : La façon dont les élections ont été organisées cette année révèle une chose importante : la façade démocratique a complètement disparu. Le régime a tout mis en place, notamment lors du processus de validation des candidatures, pour ouvrir un boulevard à Ebrahim Raïssi, un religieux ultra-conservateur. Ce dernier a un dossier très noir du point de vue des droits humains, étant notamment impliqué dans des exécutions sommaires après la fin de guerre avec l’Irak, lors de sa carrière dans le système judiciaire iranien. Cela devrait limiter ses possibilités de voyages, de contacts, surtout avec des pays occidentaux. Néanmoins la politique étrangère de l’Iran ne va pas changer considérablement. En Iran, ce ne sont pas le président ou le ministre des Affaires étrangères qui décident de cette politique, le président de la République islamique a beaucoup moins de pouvoirs que le Premier ministre en France par exemple. Hassan Rohani, le président sortant, n’était pas “déra

Lire l’article complet sur https://www.lexpress.fr

Share This
209 1 Jun 18, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.