Ankara abandonne son projet de protéger l’aéroport de Kaboul tout en cherchant à amadouer les talibans

26 Août 2021 | Il y a un peu plus de deux mois, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, avait souligné l’importance de l’aéroport de Kaboul pour le maintien d’une « présence diplomatique et internationale » en Afghanistan. « L’Otan fournira un financement transitoire de manière à y assurer la continuité des activités », avait-il dit, à l’issue d’un sommet organisé à Bruxelles.
 
Et, afin de s’attirer les bonnes grâces des États-Unis, avec lesquels ses relations sont difficiles en raison de plusieurs différends [F-35, achat de systèmes russes S-400, activités en Méditerranée orientale, en Libye et au Haut-Karabakh, question kurde, etc], la Turquie – pays majoritairement musulman – avait accepté d’assurer la protection de l’aéroport de Kaboul après le départ des derniers soldats américains d’Afghanistan. En clair, il s’agissait pour Ankara de maintenir le contingent de 500 à 600 hommes qui avait été déployé précédemment à Kaboul dans le cadre de la mission Resolute Support, menée par l’Otan.
 
L’effondrement des forces de sécurité afghanes face aux talibans et la prise du pouvoir par ces derniers ont évidemment changé la donne. Le 16 août, sout un jour après la chute de Kaboul, des responsables turcs ont confié à l’agence Reuters qu’il n’était plus question pour Ankara d’assurer la protection de l’aéroport international « Hamid Karzaï »… sauf si nouveau régime lui demandait une « assistance technique ».

Lire l’article complet sur https://www.opex360.com

Share This
272 2 Aug 26, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.