Un arrangement amiable pour Anat Kam

L’ancienne soldate Anat Kam, inculpée il y a six mois pour transmission de documents confidentiels, pourrait bénéficier d’ici peu d’un arrangement amiable qui réduirait la durée de la peine qu’elle risque d’encourir pour les délits qu’elle aurait commis.

Selon les clauses d’un accord conclu entre ses avocats et le parquet, certains paragraphes de l’acte d’accusation, indiquant que Kam a porté atteinte à la sécurité de l’Etat, pourraient être retirés du dossier.

Elle éviterait ainsi d’être condamnée à la réclusion à perpétuité. En revanche, elle reste accusée d’avoir détenu et communiqué des documents secrets, et risque de devoir passer une quinzaine d’années en prison. L’un de ses défenseurs, l’avocat Avigdor Feldman, prétend depuis le début que les accusations contre sa cliente sont exagérées et il espère à présent « pouvoir ramener l’affaire à ses proportions initiales ». Pour le moment, les deux parties n’ont pas encore décidé de la peine qu’elles réclameront pour Anat Kam. Elles doivent présenter d’ici peu leurs estimations au tribunal. Anat Kam se trouve en résidence surveillée depuis dix mois à Tel Aviv après avoir dérobé des dizaines de documents classés secrets dans une base, lorsqu’elle effectuait son service militaire. Elle les aurait ensuite transmis à un journaliste du quotidien Haaretz, Ouri Blau, réfugié à Londres.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.