Exécutions de masse en 1988 en Iran: l’accusé à la barre d’un procès inédit en Suède

23 Novembre 2021 à 05h00 | C’est la première fois qu’un Iranien est jugé dans cet épisode sanglant ordonné par l’ayatollah Khomeini à la fin de la guerre Iran-Irak, au bilan contesté mais estimé à 5.000 morts.
 
Dans un procès inédit, la justice suédoise débute mardi 23 novembre les auditions d’Hamid Noury, un ancien responsable iranien accusé d’avoir participé aux exécutions de masse d’opposants en Iran en 1988.
 
C’est la première fois qu’un Iranien est jugé dans cet épisode sanglant ordonné par l’ayatollah Khomeini à la fin de la guerre Iran-Irak, au bilan contesté mais estimé à 5.000 morts par des groupes de défense des droits humains. Les exécutions, prononcées par des «comités de la mort», visaient principalement l’organisation d’opposition armée des Moudjahidines du Peuple iranien (OMPI, ou MEK en persan), soutenue à l’époque par le régime ennemi de Saddam Hussein.
 
Le procès suédois, qui s’est ouvert en août devant le tribunal de première instance de Stockholm, a déjà pu entendre plusieurs témoins, souvent des membres ou d’anciens membres de l’OMPI. Hamid Noury occupait à l’époque des fonctions d’assistant auprès de l’adjoint au procureur à la prison de Gohardasht, à Karaj, près de Téhéran, selon l’accusation. Il nie son implication, selon ses avocats.
 
«Quand j’étais dans le couloir de la mort, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de le voir, et j’ai vu qu’à chaque fois que des noms de (prisonniers) étaient lus, il les suivait jusqu’à la salle d’exécution», a affirme Reza Falahi, un des témoins du procès. «Il revenait 45 minutes plus tard, et la scène se répétait plusieurs fois par jour», a raconté ce membre de l’OMPI âgé de 61 ans.

Lire l’article complet sur https://www.lefigaro.fr

Share This
103 6 Nov 23, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.