Troisième dose. Ce que nous enseigne le cas d’Israël, pionnier de la vaccination contre le Covid-19

24 Novembre 2021 à 13h56 | Au printemps 2021, Israël lançait avant le reste du monde sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Quelques mois plus tard, du fait de cette avance prise dans le calendrier vaccinal, Israël est aussi celui qui a le plus de recul quant au recours à une dose de rappel. On vous résume les enseignements que l’on peut tirer de l’expérience israélienne.
 
Prendre de l’avance, c’est aussi prendre le risque d’être le premier à affronter des problématiques inconnues du reste du monde. Pionnier de la vaccination contre le Covid-19, Israël en sait quelque chose.
 
Israël, au printemps 2021, avait été le premier pays à organiser une campagne massive de vaccination contre le Covid-19. La barre des 50 % de personnes totalement vaccinées y avait été atteinte dès la fin mars, alors qu’il avait fallu attendre le début du mois d’août en France.
 
Malgré tout, dans le courant de l’été, Israël a été frappé par une nouvelle vague de contaminations.
 
Selon Cyrille Cohen, immunologue de l’université de Bar-Ilan (Tel-Aviv), la raison de la survenue de ce pic épidémique est simple : « nous avons été les premiers à observer la baisse d’efficacité du vaccin », résume-t-il dans un entretien accordé au quotidien belge Le Soir.
 
C’est notamment le cas en ce qui concerne la diminution du risque d’infection. Une étude du ministre de la Santé israélien, relayée par i24news , indiquait ainsi fin juillet que « parmi ceux qui ont été vaccinés en janvier, il n’y avait que 16 % d’efficacité contre l’infection, contre 44 % de ceux qui ont été vaccinés en février, 67 % de ceux qui ont été vaccinés en mars et 75 % pour ceux vaccinés en avril ».
 
Si la protection contre les formes graves reste, elle, relativement importante, cette diminution de la protection contre l’infection permet au virus de circuler à nouveau très activement. Il en ressort un risque accru d’émergence de nouveaux variants et, mécaniquement, un nombre de victimes plus important (car les vaccins ne sont pas efficaces à 100 % contre les formes graves).
 
Un schéma auquel Israël a donc été, du fait de sa précocité vaccinale, confronté avant le reste du monde.

Lire l’article complet sur https://www.ouest-france.fr

Share This
163 1 Nov 24, 2021

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.