Manifestations d’étudiants en vue

L’Union des étudiants est en colère contre le projet de loi destiné à assurer un revenu minimum aux pères de familles qui étudient dans des écoles talmudiques: « Nous allons engager une lutte sans merci pour empêcher ce processus », ont déclaré ses responsables, qui ont l’intention de manifester jeudi dans la ville de Bené-Berak. Ils soutiennent en outre: « Le président de la Commission des comptes sait très bien que les étudiants profitent de chaque instant de répit pour travailler péniblement et s’assumer financièrement. Cette obligation ne concerne pas les gens dont le travail consiste en l’étude de la Torah et qui vivent sur notre compte. » Le ministère de l’Intérieur, Elie Yshaï, déplore l’obstination des opposants à cette loi, et en particulier l’opposition exprimée par certains ministres de la coalition. Il s’est expliqué: «Notre unique objectif est de soutenir ces dizaines de milliers d’enfants qui se trouvent en-dessous du seuil de pauvreté et de réduire les différences. Nous ne nous opposons absolument pas à ce que les étudiants obtiennent des aides, nous sommes favorables à l’égalité entre tous les étudiants. Toute personne qui nous accuse du contraire n’est motivée que par la haine et l’incitation à la violence. Nous sommes prêts à étendre cette même loi aux étudiants qui n’ont pas de voitures, qui ont au moins trois enfants, et qui n’ont pas d’autres sources de revenus». Elie Yshaï se déclare prêt à se joindre à l’action envisagée par le député Moshé Gafni, du parti du Judaïsme de la Torah. Celui-ci a en effet mis en garde le gouvernement du possible départ de sa formation de la coalition gouvernementale, au cas où son projet ne serait pas accepté jusqu’à fin décembre. Pour lui, le parti Kadima, qu’il considère comme le plus virulent dans cette affaire, ne chercherait qu’à nuire au gouvernement, étant donné qu’il avait lui-même fait passer des amendements en faveur du public orthodoxe: «Le gouvernement a déjà entériné des garanties de revenus minimums pour les avrekhim . Le tribunal a simplement décrété que si nous voulons continuer, il faut que cette mesure soit inscrite dans la loi. » Entretemps, la réunion que devait tenir dimanche matin le gouvernement pour voter cette loi a été reportée à une date indéterminée. Le ministre des Finances, Youval Steinitz, a déclaré qu’il cherchait à trouver un terrain d’entente: «Nous avons l’intention d’apporter quelques modifications au texte de la loi. Dès que nous serons d’accord, le problème s’arrangera en moins de deux semaines. Le texte encourage les gens à ne pas travailler. Il faut que les avrekhim soient encouragés à apprendre un métier qui leur permette de gagner correctement leur vie.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.