Tarek Aziz condamné à mort

Pour tous ceux qui ont vécu en Israël la première guerre du Golfe en 1991, provoquée par l’invasion du Koweït par l’Irak, le visage de Tarek Aziz leur est plutôt familier. Il était alors le ministre des Affaires étrangères du tyran Saddam Hussein et surtout le porte-parole du régime irakien, qui menaçait à l’époque très sérieusement la sécurité d’Israël avec ses Scuds. Après avoir passé quelques années en prison, Aziz a été jugé par un tribunal de Bagdad qui a prononcé mardi matin sa sentence et a condamné le prévenu à la peine de mort. Il a notamment été accusé d’avoir commis de graves exactions à l’encontre des musulmans chiites de son pays. C’est la télévision publique irakienne qui a annoncé le verdict des juges. Parmi les nombreuses charges retenues contre lui, on peut citer le fait qu’il a persécuté cruellement les mouvements politiques chiites lorsque Saddam Hussein était au pouvoir. L’un d’entre eux, le parti Dawa, était dirigé par l’actuel chef du gouvernement irakien, Nouri al-Maliki qui peut donc enfin prendre sa revanche. Tarek Aziz, 74 ans, bras droit de Saddam Hussein en 1991, était le seul chrétien du gouvernement irakien de l’époque. Grâce à sa parfaite connaissance de l’anglais, il réussissait à mener avec succès les pourparlers de son pays. Lorsque les Etats-Unis ont envahi l’Irak, en 2003, Aziz s’est livré à une armée étrangère et a été jugé ensuite à plusieurs reprises et condamné entre autres à sept ans de réclusion pour la part qu’il avait prise dans l’expulsion des Kurdes en 1980. Un autre tribunal lui a infligé plus tard une peine de quinze ans de prison pour la mise à mort de 42 négociants, en 1992. Il a alors été incarcéré dans une prison de l’armée américaine en Irak avant d’être transféré il y a quelques mois dans une prison irakienne. Avec cette nouvelle condamnation, l’Irak règle définitivement ses comptes avec celui qui a soutenu et défendu le régime dictatorial de Saddam Hussein qui a, quant à lui, été capturé par les Américains avant d’être jugé pour ses nombreux crimes et exécuté en décembre 2006 à Bagdad.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.