Il fait bon vivre en Israël !

Les Israéliens ne se laissent pas impressionner par les difficultés que traverse le pays et la majorité d’entre eux, 69 %, estime qu’il fait bon vivre en Israël. En outre, 50 % des personnes interrogées disent que l’Etat saura toujours assurer leur protection. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée pour le congrès de Sdérot qui se tient au collège Sapir et examine la société israélienne. Ce sondage est effectué tous les ans, au mois de septembre, par téléphone. Dans certains domaines, on dénote toutefois une certaine déception : par exemple, ils étaient l’an dernier 62 % à se dire fiers de leur pays et ils ne sont plus que 55 % cette année, ce qui est quand même satisfaisant. Et si 75 % affirment qu’il y a peu de chance qu’ils quittent le pays, même s’ils en ont les moyens, 39 % seulement pensent qu’Israël assure un meilleur avenir à leurs enfants. Cette étude permet de connaître également les principales préoccupations des Israéliens. On constate que 81 % d’entre eux s’inquiètent en premier lieu de la violence, qui ne fait que croître dans la société. Pour 72 %, c’est la corruption au sein du pouvoir qui les perturbe sérieusement. Et puis il y a bien sûr le fossé se creusant chaque jour davantage entre les riches et les pauvres, qui scandalise près de 70 % des personnes interrogées. Quant au conflit avec les Palestiniens, il fait partie des préoccupations majeures de 69 % de la population. Dans ce domaine, on apprend que 51 % ont été choqués par le retrait de Gaza et 37 % seulement dénoncent l’attitude envers les Arabes israéliens. Il faut encore souligner que les questions financières font partie des priorités des Israéliens : 60 % sont en effet inquiets, voire même très inquiets, de la situation et pensent qu’ils ne réussiront pas à mettre de l’argent de côté. 52 % craignent de ne pas pouvoir s’assurer une vieillesse décente. Le président du Congrès de Sdérot, Ouzi Dayan a commenté ces résultats en déclarant que « le public israélien était fier de son pays et le considérait comme son foyer ». Déplorant toutefois les problèmes financiers et sociaux qui ne manquent pas, malheureusement, il a estimé qu’il fallait se mobiliser rapidement et œuvrer efficacement pour améliorer la situation. Il a conclu qu’Israël devait agir, pour sa sécurité, non seulement par des moyens militaires mais également sur le plan social, « afin de créer une société forte et unie ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.