Netanyahou répond à Obama

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, en déplacement aux Etats-Unis, où il doit encore rencontrer jeudi la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a fait part de son indignation, suite à l’ingérence américaine dans la gestion des affaires du cadastre à Jérusalem. Les Américains, qui ont pris en effet la récente habitude de condamner tout projet de construction israélienne au-delà de la «ligne verte», ligne du cessez-le-feu de 1949, ont fait part une fois de plus de leur mécontentement, après l’annonce de la prochaine mise en chantier d’un nouveau plan d’urbanisme concernant mille trois cents logements. «Jérusalem n’est pas un point de peuplement ; Jérusalem est la capitale de l’Etat d’Israël», a répondu le Premier ministre. Il a tenu à apporter quelques précisions et à rappeler la politique traditionnelle d’Israël en ce qui concerne Jérusalem: «Israël ne s’est jamais imposé des limites, quelles qu’elles soient, concernant la construction à Jérusalem, qui compte aujourd’hui près de huit cent mille habitants. Et cette politique israélienne n’a jamais été interrompue, pas même pendant les dix mois du gel de la construction en Judée-Samarie.» Répondant notamment au discours tenu par le président des Etats-Unis, Barack Obama, en Indonésie, où ce dernier a vanté les «bienfaits de l’islam», il a révélé: «Israël n’établit aucun rapprochement entre le processus de paix et la gestion du cadastre à Jérusalem. La politique de construction de la ville de Jérusalem est la même depuis quarante ans. Tous les gouvernements israéliens, pendant les quarante dernières années, ont construit dans tous les secteurs de la ville. Pendant cette même période, les accords de paix avec l’Egypte et la Jordanie ont été signés, et depuis dix-sept ans, nous sommes en pourparlers avec les « Palestiniens ». La construction à Jérusalem n’a à aucun moment gêné le processus de paix.» Il a évoqué en outre les divergences d’opinion entre les Etats-Unis et Israël, qui durent depuis quarante ans. «Les divergences d’opinion concernant Jérusalem sont connues, même si elles ne sont pas nouvelles et qu’elles durent depuis quarante ans. Nous espérons que nous pourrons continuer à les surmonter afin de progresser dans les pourparlers politiques. Lors de la rencontre avec la Secrétaire d’Etat Clinton jeudi, nous avons l’intention de faire avancer les pourparlers de paix.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.