Malaria : Israël au secours de l’Afrique

La malaria (ou paludisme) est une maladie qui fait des ravages dans certains pays d’Afrique. Chaque année, elle touche des centaines de millions de personnes et en tue entre un et trois millions, d’après les statistiques de l’OMS. A l’origine de cette maladie, la piqûre de la femelle d’un moustique (anophèle), cette dernière ayant elle-même été piquée et contaminée par un autre animal. Le parasite inoculé dans le corps humain, infecte les cellules hépatiques de la victime puis circule dans le sang, en colonisant les hématies et en les détruisant. L’anophèle se développe essentiellement dans les régions humides ou dans des zones d’eaux stagnantes. Récemment, une expérience réalisée par des chercheurs de l’Université Hébraïque de Jérusalem laisse espérer que l’on pourra enfin freiner la progression de cette maladie. Les Israéliens ont réussi à attirer les moustiques porteurs du virus vers des végétaux sur lesquels avait été aspergé un produit d’origine végétale toxique pour eux, appelé « Attractive Toxic Bait » (ATBS) et développé dans leurs laboratoires. Les détails de cette découverte ont été publiés dans la revue spécialisée « Malaria Journal ». Les Israéliens ont réalisé un test au Mali, dans la région de Bandiagara, en utilisant des extraits de fruits locaux tels que les goyaves ou certaines sortes de melons, sur lesquels ils ont rajouté l’ATBS, fabriquant ainsi le produit toxique désiré, qu’ils ont ensuite dispersé sur des plantes. Très rapidement, ils ont constaté que la population de moustiques porteurs avait considérablement baissé : ” 90% !!! Le Prof. Yossef Shlein, de l’équipe scientifique qui a mis au point ce procédé, se dit « persuadé que cette méthode pourra bientôt être utilisée à grande échelle, car elle est technologiquement simple à mettre en place, elle est économique et non polluante ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.