«Netanyahou ne tient pas parole»

Le président du Conseil de Judée-Samarie, Naftali Bennett, fait part de son analyse: «Il s’agit ici de la capitulation et de l’effondrement de l’homme qui a fait des gestes mutuels un principe de base. Il y a tout juste trois semaines, Netanyahou a proclamé devant le monde entier qu’il n’y aurait pas un jour de plus de gel de la construction, tant qu’il n’y aurait pas de reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat juif. Et aujourd’hui, plus rien! Le monde entier est en train de tester Netanyahou. D’Ahmadninejad, en passant par Abou Mazen, et jusqu’à Obama. Si dès maintenant, il recule et fuit de la ligne rouge qu’il s’était fixée, ça prouve qu’aucune de ses paroles n’aura désormais de valeur.» Alors que le Premier ministre cherche à convaincre le maximum de membres de son gouvernement et de la coalition de soutenir sa démarche consistant à imposer un nouveau décret pour une durée de trois mois, le chef du Conseil régional de Samarie, Guershon Messika, appelle à le faire tomber: «Proclamer un nouveau décret signifierait que l’on aura mis en marche le compte à rebours qui mettra un terme au pouvoir de Netanyahou. Nous pensions qu’il y avait des limites au manque de confiance et au mensonge, même auprès d’un politicien comme Bibi. C’est la preuve que Netanyahou est un tigre à l’écran et un chat apeuré sur le terrain. Depuis que Netanyahou est au pouvoir, la situation pour les Juifs de Judée-Samarie s’est aggravée sans précédent. Elle est même plus grave que lors du mandat d’Olmert. Et, indirectement, c’est l’Etat d’Israël tout entier qui est touché. Le Premier ministre est un couard, on peut le pressuriser, le presser, et il est indigne de confiance. Cette soumission dégradante porte atteinte aux réalisations du sionisme et met en danger l’existence de l’Etat d’Israël. Netanyahou cherche apparemment à devenir le nouveau Sharon, et le clan national le rejettera pour faire tomber son gouvernement.». Pour Benny Katzover, président du Comité des habitants de la Samarie, il est temps de se mobiliser: «Netanyahou porte un coup fatal à la dignité nationale de l’Etat d’Israël et déclare la guerre à la terre d’Israël. Nous allons être contraints de renoncer à nos petites habitudes et à sortir de la routine, afin de nous organiser pour faire face au danger.» Dans un premier temps, une grève générale pourrait être déclenchée, y compris dans les écoles, et être soutenue par une manifestation à Jérusalem. Pour le président du Conseil des habitants de la région de Benyamin, le lieutenant-colonel de réserve Itzik Shadmi, il est impensable que l’on interdise à des Juifs de construire pour la seule raison qu’ils sont juifs: «La première période de gel est née d’une faute mais s’est bien terminée. Toute nouvelle intention d’en ajouter est une circonstance aggravante. Jusqu’à ce jour, la réalité a montré que toute concession envers les Arabes n’a été suivie que par du terrorisme. Netanyahou poursuit sa politique de recul, il reste ainsi fidèle à Netanyahou..» Une autre réaction provient du dirigeant de ceux que l’on appelle les «jeunes des collines». Pour Meir Bartler, il était évident que le Premier ministre serait incapable de résister à la pression américaine: «Il est également clair, en ce qui nous concerne, que toute tentative d’empêcher notre développement, de nous chasser ou de nous attaquer aura pour résultat d’accélérer la construction et l’épanouissement de nos villages. De la même façon que nous ne sommes pas restés assis les bras croisés pendant la première période de gel, nous poursuivrons notre lutte légitime sans compromis. Il convient aussi de permettre aux Juifs de fonder de nouvelles localités sur la terre de nos ancêtres.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.