Des missiles iraniens?

L’Iran a fait part d’un exercice de lancement d’un missile inconnu jusqu’à cette annonce.

Il aurait employé, à titre d’essai, un missile similaire au fameux S-300 russe, dont la livraison n’a toujours pas été effectuée. Moscou, après avoir repoussé l’échéance de la livraison à plusieurs reprises, a finalement annoncé, dans le cadre des sanctions internationales, qu’elle n’avait plus l’intention d’honorer cette commande, conclue voici à peu près trois ans. Le mois dernier, des responsables russes se sont déclarés prêts à rembourser les quelques 166 millions de dollars avancés par l’Iran. Mais, si l’on se fie aux affirmations du général iranien Hassan Mansourian, il semblerait que son pays soit en mesure de se passer de cette livraison. Il a en effet déclaré jeudi: «Nous avons mis au point un système nouveau en améliorant et réactualisant les missiles de type S-200, et nous avons effectué un essai concluant. Ce missile que nous avons développé est aussi performant que le missile russe S-300». Les missiles en question, les S-200, avaient été en effet livrés par les Russes dans les années 1980 à l’Iran. Ce produit était de fabrication plus ancienne, datant des années 60. Le général iranien n’a pas précisé à quel moment cet essai avait été réalisé, malgré les entrainements militaires intensifs menés ces jours-ci dans ce pays, et dont l’objectif principal consiste à prévenir une éventuelle attaque aérienne des américains ou d’Israël. Les entraînements doivent durer cinq jours. Mais que font les Etats-Unis et le gouvernement israélien face à cette menace? Le Premier ministre Benyamin Netanyahou poursuit ses efforts auprès des ministres de son gouvernement dans l’objectif de faire passer la nouvelle proposition américaine, consistant à interdire la construction aux Juifs de Judée-Samarie et de Jérusalem. Malgré les promesses de Netanyahou à son retour des Etats-Unis, vendredi, selon lesquelles l’Administration américaine ne s’opposerait pas, exactement comme pour le précédent gel, à la construction juive à Jérusalem, il insiste auprès de ses ministres, et principalement des ministres de Shass, d’accepter la nouvelle proposition de l’Administration Obama-Clinton même sans que cette clause ne soit mentionnée. Quant aux Américains, ils ont fait dire par leur secrétaire d’Etat à la Défense, Robert Gates, que leur pays n’avait aucune intention de faire peser une menace militaire réelle sur l’Iran, les sanctions économiques étant considérées comme suffisantes.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.