Un hebdomadaire libanais dévoile le rôle de l’Iran et de la Syrie dans le massacre des Chrétiens en Irak

L’hebdomadaire libanais ” Al-Shiraa ” publie, dans son dernier numéro (13-20 novembre 2010), des informations particulièrement graves concernant l’attentat commis le 31 octobre dernier contre l’église de Bagdad. Le journal reproduit en effet des révélations que lui auraient faites des sources irakiennes et affirme les publier sans aucune modification. ” Al Shiraa ” affirme en effet avoir reçu, de sources irakiennes bien informées, des informations importantes concernant le massacre de l’église Notre Dame de la Délivrance, qu’il reproduit en l’état : Les révélations du site américain WikiLeaks ont mis en cause l’Iran et le Premier ministre irakien sortant Nouri Al-Maliki, dans plusieurs affaires de terrorisme en Irak. Ces fuites et la campagne médiatique qu’elles ont suscitée en Occident devaient gravement nuire à la candidature de Maliki à sa propre succession, face à Iyad Allawi. Aussi, l’Arabie saoudite et l’Egypte s’étaient mobilisées pour faire front derrière Allawi pour réduire l’influence iranienne en Irak. Face à cette situation, l’Iran a décidé de frapper fort. En choisissant les Chrétiens comme cible, Téhéran a visé plusieurs objectifs : Détourner l’attention sur son rôle dans le terrorisme en Irak. Cette diversion vise également à occulter les agissements de Nouri Al-Maliki et de son parti Al-Daawa, impliqués dans plusieurs affaires de terrorisme, de torture, de prisons secrètes et de corruption. Adresser un avertissement musclé au Vatican, au lendemain du Synode pour les Chrétiens du Moyen-Orient tenu quelques jours auparavant à Rome. Le message iranien est clair : les chrétiens seront visés si la campagne de Wikileaks se poursuivait. (NDLR : depuis, l’Occident se lamente sur le sort des chrétiens irakiens, oubliant Wikileaks et son fondateur Julian Assange. La justice suédoise vient d’ailleurs de lancer un mandat d’arrêt européen à son encontre pour agressions sexuelles. D’aucuns voient une tentative d’étouffer le site et taire ses révélations). Attribuer indirectement le crime contre l’église à l’Egypte, en lançant des revendications relatives aux coptes et réclamant la libération d’islamistes au pays de Pharaon. Exercer des pressions sur les Etats-Unis pour imposer la candidature de Maliki (NDLR : ce qui fut fait), avec la menace d’une dégradation sécuritaire qui empêcherait les Américains de se retirer d’Irak comme convenu, en 2011. Concernant les détails de l’opération, les mêmes sources ajoutent : L’opération a été confiée au général iranien Murtada Cashemiri, en étroite collaboration avec Sadek Al-Rekabi, un adjoint de Nouri Al-Maliki et ancien agent iranien recruté en 1986 et connu sous le pseudonyme Abou Jaafar Al-Iraki. Celui-ci collaborait également avec les Services syriens, et avait contribué à l’attentat contre l’ambassade d’Irak au Liban (Beyrouth), au début des années 1980. Cashemiri et Rekabi ont recruté sept terroristes qui avaient participé au jihad en Tchétchénie, dont un pakistanais du nom de Sabghat Allah Othman. Selon le plan de l’opération, les terroristes devaient investir une église chrétienne pendant l’office et appeler un numéro de portable qui leur a été fourni pour réclamer la libération de prisonniers islamistes en Egypte. Mais le numéro fut celui de la télévision ” Al-Baghdadiya ” qui devait alors diffuser la conversation en directe, contre une enveloppe de 150.000 dollars. Le journaliste Aoun Al-Khashlouk, qui avait mis au point ce plan, a reçu 30.000 dollars sur son compte en Syrie. Après la prise d’otage des fidèles, un terroriste devait se faire exploser, pour terroriser le monde et donner l’impression qu’il s’agit bien d’une opération d’Al-Qaïda. Les autres terroristes devaient alors résister trois jours, en vue d’entamer des négociations avec eux.

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This
516 0 Nov 20, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.